•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entreprises rembourseront les employées qui iront avorter dans un autre État

Une militante en faveur de l'avortement pleure en tenant une pancarte.

Aux États-Unis, plusieurs entreprises vont rembourser les frais de déplacement de leurs employées qui iront se faire avorter dans un autre État en riposte à la décision de la Cour suprême d'invalider l'arrêt Roe c. Wade, qui protégeait le droit à l'avortement à l'échelle nationale depuis 1973.

Photo : Associated Press / Jae C. Hong

Radio-Canada

De nombreuses entreprises américaines ont réagi vendredi à la décision de la Cour suprême d’invalider l’arrêt Roe c. Wade, qui permet dorénavant aux États d’interdire l’avortement sur leur territoire. En réaction, des employées verront leurs frais de déplacement couverts par leur employeur pour pouvoir se faire avorter dans un autre État où l’avortement demeure permis.

Des entreprises technologiques comme Meta et Microsoft ainsi que des acteurs de la finance, du divertissement et de nombreux autres secteurs clés de l’économie américaine ont proposé vendredi de rembourser les milliers de dollars que pourrait coûter le déplacement pour recevoir un soin de santé : une interruption volontaire de grossesse (IVG).

C’est le cas notamment de Disney, qui a affirmé vendredi comprendre les répercussions des nouvelles restrictions à l’avortement. Toutefois, cette entreprise demeure engagée à offrir l’accès à des soins de santé de qualité, ce qui inclut l’avortement, a fait savoir un porte-parole de l’entreprise. Ainsi, les services de planification familiale et de santé reproductive à l’extérieur d’un État seront remboursés.

Un porte-parole de JPMorgan Chase, la plus grosse banque américaine, qui emploie 170 000 personnes aux États-Unis, a déclaré qu’elle souhaite un accès égal aux soins de santé pour tous ses employés. Cette banque va couvrir les frais de transport pour les employées qui devront voyager à plus de 80 kilomètres pour recevoir certains soins de santé, y compris un avortement.

Un petit nombre d’entreprises américaines avaient déjà annoncé cette position en mai lorsque l’avant-projet de la Cour suprême des États-Unis s’était retrouvé sur le site d’information Politico. Starbucks, Tesla, Yelp, Airbnb, Netflix, JPMorgan, PayPal et Reddit, entre autres, avaient assuré à leurs employées que leurs dépenses pour recevoir un avortement seraient couvertes.

Vendredi, d’autres compagnies ont adopté une position similaire, comme Disney et Meta, la maison mère du réseau social Facebook. D’autres firmes devraient s’ajouter à cette liste.

Meta offrira le remboursement des dépenses de ses employées à l’extérieur d’un État, mais dans les limites permises par la loi. Nous sommes en train d'évaluer la meilleure façon de le faire, compte tenu des complexités juridiques en jeu, a insisté la compagnie de réseaux sociaux.

En tant que société de soins de santé la plus diversifiée au monde, nous nous efforçons d'améliorer l'accès et l'abordabilité, de créer des communautés plus saines et de mettre la santé à la portée des personnes que nous servons, a quant à elle rappelé la compagnie Johnson & Johnson, pour qui les décisions sur les soins de santé doivent être déterminées par les individus en collaboration avec leur personnel soignant.

Des milliers de dollars remboursés

Le géant de la diffusion de contenu en ligne Netflix va rembourser 10 000 $ à ses employées pour recevoir un avortement. Ce montant pourra aussi s’appliquer à une personne à charge.

Zillow remboursera 7500 $ aux femmes qui se feront avorter dans un autre État, et Dick’s Sporting Goods, 4000 $.

Microsoft a réitéré qu'elle allait couvrir les frais de soins de santé comme un avortement si l’accès à ce service est limité dans la région où habite une employée, a confirmé un porte-parole.

Des sites comme Bumble Inc. et OkCupid, qui gèrent des applications de rencontres en ligne, se sont aussi prononcés pour que les femmes qui travaillent pour eux puissent continuer de recevoir des soins de santé reproductive, y compris un avortement.

OkCupid est horrifié par la nouvelle de l'annulation de Roe c. Wade. C'est une question d'égalité des sexes et une question de droits de la personne, a indiqué Melissa Hobey, directrice du marketing de OkCupid.

CVS Health a pour sa part insisté qu’avec la nouvelle décision [d’invalider Roe c. Wade], nous évaluons des façons d'offrir la meilleure couverture à nos collègues, à nos clients et à nos consommateurs.

Le groupe UnitedHealth, le plus grand assureur en santé des États-Unis, a lui aussi dit revoir la décision de la Cour suprême.

Parmi les entreprises qui appuieront les femmes qui veulent se faire avorter, on compte aussi Lyft, Uber, BuzzFeed, Patagonia, Box, Condé Nast, Intuit et Warner Brothers.

Vendredi, la Cour suprême des États-Unis a invalidé l’arrêt Roe c. Wade, le jugement de 1973 qui protégeait le droit à l'avortement à l'échelle nationale. Dorénavant, les différents États américains ont le droit de légiférer afin d’interdire, de limiter ou d’autoriser l’avortement sur leur territoire.

Depuis, de nombreuses voix se sont élevées aux États-Unis et ailleurs dans le monde pour dénoncer cette décision historique de la plus haute cour américaine.

Avec les informations de New York Times, Bloomberg, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !