•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avortement : Hollywood dénonce la décision de la Cour suprême américaine

La décision de la Cour suprême de ne plus protéger le droit à l'avortement a fortement fait réagir les artistes aux États-Unis.

Photo des lettres emblématiques d'Hollywood, en Californie.

De nombreuses personnalités américaines du monde de la culture se sont indignées de la décision de la Cour suprême au sujet du droit à l'avortement aux États-Unis.

Photo : AP/Reed Saxon

Radio-Canada

De nombreuses personnalités du monde artistique américain et des associations professionnelles hollywoodiennes ont fortement réagi contre la décision de la Cour suprême des États-Unis d’invalider l'arrêt Roe c. Wade, qui enterre ainsi le jugement de 1973 qui protégeait le droit à l'avortement à l'échelle nationale. Des entreprises du divertissement, notamment Netflix et Disney, ont garanti à leur personnel le remboursement des frais de déplacement en cas d’avortement.

Taylor Swift, Bette Midler, Danny DeVito et Patricia Arquette figurent parmi les vedettes qui ont dénoncé la décision de la Cour suprême.

Je suis absolument terrifiée à l'idée que nous en soyons là, qu'après des décennies de lutte pour garantir aux femmes le droit de décider de ce qu’elles font avec leur corps, l’annonce d'aujourd'hui nous l’enlève, a écrit sur Twitter la chanteuse Taylor Swift.

Ils l'ont fait. Ils nous l’ont fait! a écrit et répété en lettres majuscules Bette Midler. Comment ont-ils osé? La Cour suprême est absolument sourde à la volonté et même aux besoins réels du peuple américain, a-t-elle ajouté.

L’acteur Danny DeVito a résumé sa pensée en quelques mots sur Twitter : La Cour suprême, mon œil.

La comédienne Patricia Arquette a qualifié la nouvelle de désastre absolu tout en mentionnant la décision de la Cour suprême, jeudi dernier, de déclarer inconstitutionnelle une loi centenaire de New York sur le port d'armes dissimulées. Donner aux gens le droit de porter des armes à feu, enlever aux femmes le droit de gérer leur corps, a-t-elle écrit. Nous n'avons pas réagi, pourtant, nous l'avons vu venir.

Le groupe Pearl Jam a publié une vidéo sur Instagram accompagnée de ce message : Personne, ni le gouvernement, ni les politiciens et politiciennes, ni la Cour suprême, ne devrait empêcher l'accès à l'avortement, à la régulation des naissances et aux contraceptifs. Les gens devraient avoir la liberté de choisir. La décision d'aujourd'hui a un effet sur tout le monde et affectera tout particulièrement les femmes démunies qui ne peuvent pas se permettre de voyager pour obtenir des soins de santé.

La comédienne Sophia Bush a souligné le fait que l’interdiction de l’avortement ne mettra pas fin à l’avortement, mais seulement à l’interruption de grossesse effectuée de manière sécuritaire. Il ne s'agit pas de la vie. Il s'agit de contrôle. Les enfoirés.

De son côté, l’actrice Alyssa Milano a soutenu que cette décision aura des conséquences mortelles, notamment sur les personnes de couleur, plus touchées par la mortalité maternelle. Si l'avortement est interdit à la grandeur du pays, les décès liés à la grossesse pourraient augmenter de 21 % dans tout le pays et de 33 % chez les femmes noires, a-t-elle écrit sur Twitter.

Quant à l’écrivain Stephen King, il a écrit : C'est la meilleure Cour suprême que le 19e siècle ait jamais produite.

Viola Davis, Shonda Rhimes, Hillary Clinton, Michelle et Barack Obama, Aisha Tyler, John Cho, Wilson Cruz, Billy Eichner et Yvette Nicole Brown figurent eux aussi parmi les personnalités qui ont dénoncé la décision de la Cour suprême des États-Unis`.

Les assurances des entreprises de divertissement

Par ailleurs, les grandes sociétés hollywoodiennes, notamment Disney, Warner Bros. Discovery, Comcast et Paramount, se sont engagées à couvrir les frais de déplacement de leurs employées qui souhaitent se faire avorter.

Sony a fait savoir à son personnel aux États-Unis que ses régimes médicaux par l'intermédiaire d'Aetna fournissent des soins complets, y compris le remboursement des déplacements s'ils sont nécessaires pour avoir accès aux services offerts.

Netflix a déclaré qu'elle offrait une somme de 10 000 $ US (13 000 $ CA) pour rembourser des frais de déplacement pour un traitement contre le cancer, une transplantation, un changement de sexe ou un avortement, et ce, pour le personnel à temps plein aux États-Unis.

Des associations professionnelles inquiètes

La Screen Actors Guild American Federation of Television and Radio Artists (SAG-AFTRA) a promis de se battre pour protéger le droit des femmes de choisir. Toute personne qui croit au droit des femmes de prendre leurs propres décisions en matière de santé devrait être indignée par la décision archaïque et dangereuse d'aujourd'hui , a-t-elle fait savoir par communiqué.

L’Alliance internationale des employés de la scène, du théâtre et du cinéma (IATSE) a également critiqué la décision de la Cour suprême, la qualifiant de décision scandaleuse et de l'une des pires suppressions des libertés de l'histoire moderne des États-Unis.

L'Actors' Equity Association a elle aussi joint sa voix au concert de critiques envers la Cour suprême américaine.

Avec les informations de Deadline, et The Hollywood Reporter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !