•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recrutement d’infirmières avance en Abitibi-Ouest

Une infirmière prépare un soluté à l'hôpital Humber River de Toronto.

Une vingtaine d'infirmières de l'Afrique du Nord devraient venir prêter main-forte aux effectifs déjà en place l'automne prochain. (Archives)

Photo : CBC/Evan Mitsui

Six infirmières ont été embauchées en Abitibi-Ouest grâce aux incitatifs financiers de l’initiative citoyenne La Grande Séduction, c’est nous! Une vingtaine d’infirmières en provenance d’Afrique du Nord feront également leur arrivée cet automne.

Le président du comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest, Sylvain Trudel, se dit en partie satisfait du travail accompli dans les dernières semaines. « Est-ce que c’est assez vite à notre goût? La réponse c’est non, parce que nous sommes du monde pressé », mentionne-t-il.

« On le savait que lorsqu’on a lancé ça [La Grande Séduction, c’est nous!], en décembre. On avait dit aux gens que ce ne serait pas un sprint, mais un marathon. On leur avait aussi dit que ce ne serait pas une histoire de jours ou de mois, mais d’années. »

— Une citation de  Sylvain Trudel, président du comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest
Sylvain Trudel dans un stationnement, souriant.

Sylvain Trudel, président du comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Les infirmières récemment engagées auprès du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) dans le secteur viennent combler en majorité des départs à la retraite, survenus entre le mois de septembre 2021 et le mois de mai 2022.

La Grande Séduction, c’est nous!

La Grande Séduction, c’est nous! est une initiative du comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest, lancée en décembre 2021, quelques semaines après la fermeture de 22 lits sur les 44 disponibles au Centre hospitalier de La Sarre. Le CISSS-AT justifiait sa décision par le manque d’effectifs infirmiers. L’initiative vise à amasser des dons d’entreprises et organismes du territoire, redistribués sous forme d’incitatifs financiers à de futures infirmières. Le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest espère de cette façon restaurer l'entièreté des soins de santé temporairement en suspens.

Clinique Infirmière Nord-Ouest

Un point de service de la Clinique Infirmière Nord-Ouest ouvrira en juillet prochain à La Sarre, selon TVA Abitibi-Témiscamingue. Cette nouvelle offre de soins privée ne démotive pas le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest dans ses efforts de recrutement d’infirmières dans le réseau public.

« On ne peut pas empêcher les infirmières de vouloir améliorer leur sort. C’est une raison de plus pour travailler encore plus fort afin de prêter main-forte au personnel actuellement sur le plancher et améliorer leurs conditions de travail », considère Sylvain Trudel.

Affiche au-dessus de la porte d'un édifice où il est écrit Clinique infirmière Nord-Ouest.

La Clinique infirmière Nord-Ouest, une offre de soins privée, ouvrira un point de service à La Sarre en juillet. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

15 logements trouvés sur 20

En avril, le Carrefour jeunesse emploi d’Abitibi-Ouest (CJEAO) lançait un appel à la population afin de l’aider à trouver des appartements aux futures infirmières qui feront leur arrivée sur le territoire.

Le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest confirme que 15 logements ont été dénichés. Il en manque encore cinq.

Attestation collégiale et tournée en France

Le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue offrira l’attestation d’études collégiales en soins infirmiers directement à La Sarre. Cinq étudiantes devraient pouvoir travailler dans l’une des installations du CISSS-AT en Abitibi-Ouest d’ici quelques mois.

Le CJEAO participera aussi au Mois du Québec en France, tenu dans 14 villes françaises. Cette campagne de recrutement devrait permettre à l’organisme d’attirer des travailleurs de la santé en Abitibi-Ouest.

Le centre hospitalier de La Sarre.

Le Centre hospitalier de La Sarre.

Photo : Radio-Canada / Andrei Audet

Le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest désire de même revoir son programme d’incitatifs financiers avec l’aide d’une firme spécialisée en la matière. En date du 20 juin, l’initiative La Grande Séduction, c’est nous! avait amassé tout près d’un million de dollars en dons de la communauté.

Il est difficile d’estimer quand le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue ouvrira à nouveau les lits fermés au Centre hospitalier de La Sarre, selon le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest. Il assure être régulièrement en contact avec l’organisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !