•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement à South River : la pilote aurait perdu la maîtrise de son avion

Vue aérienne de l'aérodrome Sundridge / South River.

L'accident est survenu près de cet aérodrome, situé à environ 75 km au sud de North Bay.

Photo : Sundridge South River Airpark

Radio-Canada

Le Bureau de la sécurité dans les transports (BST) du Canada a rendu public jeudi son rapport d’enquête sur l’écrasement d’un petit avion survenu à proximité de l’aéroport de South River en septembre 2021 et conclut que la pilote a fort probablement perdu la maîtrise de son avion lors d’une tentative d’atterrissage.

Le 16 septembre vers 14 h 50, un avion de type Mooney M20J s’est écrasé à environ 400 mètres de la piste, causant des blessures mortelles à la pilote et à sa passagère.

Selon des observateurs expérimentés en aviation, l’avion avait une vitesse et un taux de descente plus élevés que ce qui est normal pour ce type d’aéronef.

L’avion a repris un peu d’altitude avant de faire trois bonds sur la piste.

Carte montrant la séquence de l’accident à l’aéroparc de Sundridge/South River.

L'avion a perdu une grande partie de sa vitesse lors du troisième rebond, selon les renseignements recueillis par le Bureau de la sécurité dans les transports.

Photo : Google Earth, avec annotations du BST

La pilote a remis les gaz et fait rentrer le train d’atterrissage après le troisième bond.

L’enquête du BST n’a pas réussi à déterminer si l’écrasement a été causé parce que l’avion n’a pas réussi à prendre suffisamment de vitesse, entraînant un décrochage aérodynamique.

Ou encore, si l’aéronef a heurté des arbres lors de la montée, ce qui aurait entraîné une perte de maîtrise de l'appareil.

L’examen des restes de la carlingue a permis de déterminer qu’une grande partie de l’aile droite a été détachée après avoir heurté un arbre et que l’avion a percuté le sol dans une position presque complètement inversée.

Aucun signe de défaillance de l’appareil n’a été découvert, et la pilote avait cumulé plus de 3200 heures de vol, dont environ 646 sur l’aéronef en question, selon le rapport.

Le BST rappelle aux pilotes de remettre les gaz dès qu’ils constatent que leur approche lors d’un atterrissage est instable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !