•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plage Rochelois : le BAPE se retire après une volte-face de Port-Cartier

Une plage qui donne sur une baie.

La plage Rochelois est fréquentée et appréciée par de nombreux Port-Cartois.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Devant la volonté de la Municipalité de Port-Cartier d’abandonner le projet de recharge en gravier de la plage Rochelois, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) se retire du dossier à deux semaines du début des audiences publiques.

C’est un revirement majeur pour ce qui est de la protection de cette plage dont l’érosion met en danger des résidences et des infrastructures municipales.

La réticence des élus municipaux à voir la plage rechargée en gravier n’est pas nouvelle, mais elle s’est matérialisée lundi avec la décision unanime du conseil municipal de renoncer officiellement à cette option. Selon le maire Alain Thibault, le projet ne jouissait pas de l'acceptabilité sociale nécessaire.

Quand tu vas au BAPE, ça prend un promoteur pour le projet. Jusqu’à tout récemment, le promoteur désigné était Pierre-Charles April, notre ingénieur municipal. […] Le promoteur s’en va là pour défendre le projet. Mais Pierre-Charles April ne pouvait pas être promoteur s’il n’avait pas l’accord du conseil, et moi non plus, je ne pouvais pas aller défendre un projet que je ne voulais pas et surtout que la population ne voulait pas, résume le maire Thibault.

Alain Thibault pose devant une rivière.

Alain Thibault, maire de Port-Cartier (archives)

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Après cette décision du conseil, la Municipalité, en tant qu’instigatrice, a annoncé au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, Benoit Charette, son désir de retirer le projet.

Le ministre a alors informé le BAPE qu’il n’était plus mandaté pour mener une enquête et une audience publique sur le projet de stabilisation de la plage Rochelois.

Le BAPE ne s’automandate pas : il reçoit ses mandats du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, rappelle le président du BAPE, Philippe Bourke, dans un communiqué.

Le mandat du BAPE devait débuter le 11 juillet 2022.

Un risque qui demeure

Ce revirement de situation retarde toutefois la résolution du problème d’érosion.

Le ministère de la Sécurité publique avait souligné en novembre 2020 que l’intégrité des infrastructures côtières serait sérieusement compromise si rien n’était fait d’ici deux ou trois ans.

On sait qu’on est à risque. S’il arrive une tempête extrême, on sait qu’il y a danger pour nos infrastructures, on sait qu’il y a danger pour les résidences, avoue le maire de Port-Cartier.

La Municipalité envisagera maintenant d'autres solutions pour protéger les installations municipales et les résidences menacées par l'érosion et devra les présenter aux divers ministères concernés.

La Ville avait déjà commandé une étude afin d’évaluer une solution alternative au projet de recharge de la plage privilégié par le ministère de la Sécurité publique.

Alain Thibault explique que 800 000 $ devaient être alloués aux mesures préventives pour faire face à l’érosion dans le cadre de l'entente de stabilisation de la plage Rochelois. Il espère que Port-Cartier pourra toucher cette somme malgré son refus de recharger la plage en gravier.

« Il va y avoir une négociation avec les ministères pour qu’on puisse intervenir en attendant de trouver une solution qui va être acceptable socialement. »

— Une citation de  Alain Thibault, maire de Port-Cartier

On est entièrement conscients de tous les problèmes que peut amener l’abandon d’un tel projet, assure le maire, qui juge cependant que l’accès à une plage de sable a une plus grande valeur pour les citoyens que le plan de 6,8 millions de dollars proposé par Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !