•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Statut vaccinal : 12 bénévoles de l’unité de sauvetage maritime d’Inuvik suspendus

Un homme dans une tenue de secours conduit un bateau près d'une rive. (2018)

Paul MacDonald fait partie des 12 personnes qui ont été temporairement suspendues de l'unité de sauvetage maritime de la Garde côtière auxiliaire à Inuvik pour avoir omis de divulguer leur statut vaccinal.

Photo : Mackenzie Scott / CBC

Radio-Canada

Douze personnes, toutes bénévoles pour l’unité de sauvetage maritime de la Garde côtière auxiliaire canadienne dans la communauté ténoise d'Inuvik, ne peuvent plus exercer leur activité pour le moment, car elles ont refusé de partager leur statut vaccinal. 

Paul MacDonald a été le chef de la division pendant huit, avant d’être remercié plus tôt ce mois-ci, car, comme 11 de ses collègues, il n’a pas adhéré à la politique de vaccination de l’organisme.

Je ne sais pas ce qu’il va se passer. Ils disent qu’il y a encore des opérations de recherche et de sauvetage pour la région. Mais ça m’intéresse de savoir comment cela va se passer étant donné qu’il ne reste que deux membres dans l’unité.

Les auxiliaires de la Garde côtière sont présents dans tout le pays et sont constitués de bénévoles locaux qui utilisent leurs propres navires pour répondre aux urgences. L'unité de sauvetage maritime d'Inuvik possède également trois navires qu'elle utilise pour les recherches et les sauvetages.

M. MacDonald affirme avoir eu connaissance de la politique de vaccination en février et soutient qu'on lui a donné la date limite du 1 er mars pour signaler le statut vaccinal des bénévoles de son unité.

Ils voulaient que nous recueillions des renseignements personnels sur leur santé, ce que j'ai refusé de faire. J'ai donc envoyé à [la Garde côtière auxiliaire canadienne] une liste des membres qui n'étaient pas disposés à fournir leur statut vaccinal.

Dans une lettre datée du 1 er juin, le président de l'organisme pour les régions centrale et de l’Arctique explique que les suspensions sont effectives jusqu’à ce que les membres se fassent vacciner ou jusqu’à ce que l’obligation vaccinale imposée par le fédéral soit levée.

La missive dit aussi que les bénévoles suspendus de l’unité d’Inuvik sont des membres précieux de l’organisme.

Une communauté prête à aider

Jimmy Kalinek, qui vit à Inuvik et fait partie du Comité inuvialuit des chasseurs et trappeurs, craint de son côté la discontinuité du service.

Il a prévu de rencontrer les rangers de la communauté le 5 juillet afin de discuter des façons de répondre à la pénurie de main-d'œuvre dans l’unité de recherche et de sauvetage.

Nous ne voulons simplement pas que la communauté se retrouve sans ressource ou sans personne vers qui se tourner.

Il juge la situation non professionnelle, mais se dit toujours prêt à aider si quelqu'un a besoin d'aide, est coincé ou en panne. En grandissant, on nous a toujours appris à sortir et à aider, affirme Jimmy Kalinek.

Bruce McGregor, sergent d’état-major de la Gendarmerie royale du Canada, note que la perte des 12 membres a laissé un vide, c'est certain , mais il dit ne pas trop s’inquiéter pour ceux qui se rendent sur l'eau.

J’ai été amené à croire par le chef actuel de l'unité que si on recevait un appel ce soir, ils seraient prêts à y répondre.

Paul MacDonald précise que si l’occasion se présentait, lui aussi n’hésiterait pas à aider toute personne dans le besoin.

En revanche, ce à quoi je n’ai plus accès maintenant, ce sont les bateaux capables de faire ce travail en toute sécurité.

Avec les informations de Karli Zschogner et Tyanna Bain

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !