•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C’est Noël » : à Toronto, le retour de la Fierté fait le bonheur des commerçants

Des drapeaux gais pendent le long des clôtures lors du défilé de la fierté, à Montréal.

Le retour des festivités de la Fierté est une bonne nouvelle pour la plupart des commerçants du village gai de Toronto.

Photo : getty images/istockphoto / Marc Bruxelle

Après deux ans d’absence en raison de la pandémie de COVID-19, les célébrations de la Fierté sont de retour dans le village gai de Toronto. Si beaucoup de commerçants espèrent faire des affaires en or grâce aux festivités, d’autres aimeraient un retour à des célébrations moins commerciales.

Nos ventes ont augmenté de 100 % au cours des dernières semaines, lance Roman Konigsmark, copropriétaire du magasin de vêtement Grapefruit, situé dans le quartier gai de Toronto.

Le magasin a ouvert ses portes quelques mois seulement avant le début de la pandémie. Le retour des célébrations en personne est donc une bouffée d’air frais pour l’entrepreneur.

La Fierté est comme un deuxième Noël pour les commerces du village en termes de ventes. [...] Perdre cette augmentation des ventes et les clients a été dévastateur, dit-il.

Même son de cloche à l’animalerie All Pets où les clients sont nombreux à venir se procurer des articles aux couleurs de la Fierté pour leurs animaux de compagnie.

Jade Rose pose dans l'animalerie All Pets.

La gérante de l'animalerie All Pets, Jade Rose, indique que les ventes du magasin ont beaucoup augmenté dans les dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Les ventes hebdomadaires y ont augmenté de plusieurs milliers de dollars, selon sa gérante, Jade Rose.

Les dernières semaines ont été très occupées. Nous avons beaucoup de laisses et de harnais aux couleurs de l’arc-en-ciel. Ils sont très populaires, dit-elle.

Un événement rassembleur

Au Glad Day Bookstore, une librairie-café située sur la rue Church, le mois de juin est à nouveau le plus occupé de l’année.

Beaucoup d’entreprises organisent des soirées queers et commandent de la nourriture chez nous, explique la cheffe de l’établissement, Maya Lichtental, qui offre également des services de traiteur.

Au-delà du chiffre d’affaires, elle souligne l’importance de l’événement pour la communauté LGBTQ+ dont les droits continuent d’être attaqués en Amérique du Nord.

Le fait qu’il y ait une reconnaissance et que les gens se rassemblent et soient fiers d’être gais [est important], surtout qu’aux États-Unis les droits des personnes trans sont attaqués. Il est donc très important que les municipalités nous soutiennent et soutiennent les événements et les commerces queers, dit-elle.

« Pour moi, la Fierté c’est comme le Noël gai. C’est le meilleur temps de l’année. »

— Une citation de  Maya Lichtental, cheffe, Glad Day Bookstore

Un événement trop commercial pour certains

Marcy Rogers, la responsable de l’épicerie Pusateri également située sur la rue Church, se dit heureuse de voir sa communauté représentée dans un tel événement.

Elle s’attend toutefois à ce que la venue de centaines de milliers de personnes dans le quartier fasse chuter les ventes du commerce.

Marcy Rogers pose devant les étagères de l'épicerie Pusateri.

Marcy Rogers aimerait que les festivités de la Fierté soient moins commerciales.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

Nous ne ferons aucune vente, mis à part des bouteilles d’eau, déplore-t-elle.

Selon elle, le défilé et les festivités devraient être organisés au même endroit que le l'Exposition nationale canadienne (CNE) afin de permettre aux commerces comme le sien de continuer à faire des affaires normalement et de conserver l’authenticité du quartier.

Ce serait bien si le quartier pouvait être plus personnel, représenter la réelle signification de la Fierté et de sens de la communauté, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !