•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bélugas en grand nombre dans le fjord

Un groupe de dix bélugas vu du ciel.

La baie Sainte-Marguerite sera fermée à la navigation tout l’été, soit du 21 juin au 21 septembre (archives).

Photo : NOAA/Lisa Barry

L’équipe de recherche de Parcs Canada pour le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent a observé plus de bélugas qu’à l’habitude dans la baie Sainte-Marguerite, qui est ainsi fermée à la navigation depuis le 21 juin.

En tout, 45 bélugas ont été dénombrés dans ce secteur situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Tadoussac, et ce, en un après-midi. Du jamais vu pour le mois de juin, selon cette équipe de spécialistes.

Gestionnaire de la conservation des ressources à Parcs Canada pour le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, Anthony Amsel aperçoit des bélugas en grand nombre normalement aux mois de juillet et d'août.

Anthony Amsel se tient debout devant l'appareil photo. Des arbres se trouvent derrière lui.

Anthony Amsel est gestionnaire de la conservation des ressources à Parcs Canada pour le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent.

Photo : Gracieuseté : Maddie Kellett

« C’est plutôt rare qu’on en voie autant à ce moment-ci de l’année. »

— Une citation de  Anthony Amsel, gestionnaire de la conservation des ressources à Parcs Canada pour le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent

Navigation interdite

La baie Sainte-Marguerite sera ainsi fermée cet été du 21 juin au 21 septembre pour les embarcations, à l’exception des kayaks, des canots et des pêcheurs récréatifs qui doivent transiter dans cette zone. Les détails de ce règlement se trouvent sur le site web du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (Nouvelle fenêtre).

Les autorités du parc marin recommandent de réduire la vitesse des embarcations motorisées dans le fjord du Saguenay pour minimiser les risques de collision avec des bélugas et pour réduire les bruits sous-marins.

Le bruit sous-marin change leurs comportements. Ils sont moins capables de communiquer ensemble et ça fait en sorte qu’ils sont plus stressés, explique Anthony Amsel.

Grâce aux changements de réglementation apportés en 2018 sur les activités en mer, le parc marin a noté une diminution du temps de fréquentation des embarcations, qui est passé de 40 % avant 2018 à 6 % en 2020. Et ce qu’on voit, c’est que les bélugas viennent de plus en plus pour le repos et pour leurs activités sociales, se réjouit Anthony Amsel.

Le gestionnaire ajoute que les bélugas fréquentent le fjord pour manger mais que les femelles y vont surtout pour mettre bas et pour élever leurs jeunes.

La baie Sainte-Marguerite, c’est vraiment un lieu spécial et tranquille où ils sont capables d’avoir la paix et où ils sont capables de se reposer, précise-t-il.

Assis sur un rocher, trois touristes regardent au large sur le fleuve Saint-Laurent depuis le cap de Bon-Désir, à Grandes-Bergeronnes.

Des touristes regardent au large sur le fleuve Saint-Laurent depuis le cap de Bon-Désir, à Grandes-Bergeronnes.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Le parc marin recommande aux visiteurs de faire de l’observation terrestre plutôt qu'à bord d'embarcations, notamment au Centre d'interprétation et d'observation de Pointe-Noire à Baie-Sainte-Catherine, au Centre d'interprétation et d'observation du cap de Bon-Désir et au Centre de découverte du milieu marin aux Escoumins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !