•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un permis maintenant requis pour les immeubles vacants à Summerside

La municipalité espère forcer la main des propriétaires qui n’habitent pas ces propriétés vacantes, pour qu'ils décident de louer des logements ou bien de les vendre.

La structure externe d’un bâtiment vacant en brique.

Un bâtiment vacant à Summerside, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Connell Smith

Radio-Canada

Un nouveau règlement à Summerside, à l’Île-du-Prince-Édouard, force les propriétaires de bâtiments vacants à obtenir un permis, sous peine de payer une amende.

Les conseillers municipaux espèrent que ce règlement encouragera le développement et aidera à lutter contre la crise du logement qui sévit dans la province.

Le conseil de Summerside a adopté à l’unanimité, lundi dernier, cette taxe sur les immeubles vacants.

Les propriétaires dont le bâtiment est vacant ont jusqu’au 20 août pour obtenir leur permis. Il coûte 2485 $ et est valide pour 4 ans.

S'ils ne se conforment pas, ils risquent des amendes de 3000 $ pour les immeubles résidentiels et de 5000 $ pour les bâtiments commerciaux.

La municipalité espère forcer la main des propriétaires qui n’habitent pas ces propriétés vacantes, pour qu'ils décident d'y louer des logements, ou bien de les vendre.

Lorsqu’un bâtiment demeure vacant plus de 90 jours, son propriétaire doit obtenir un permis.

Un agent de bâtiment et le chef des pompiers examineront les lieux avant que le permis ne soit octroyé. Les bâtiments qui abritent des logements saisonniers sont exemptés, s'ils sont en bon état.

Pénurie de logements

Selon la conseillère municipale Carrie Adams, qui est présidente du comité des règlements et des politiques de Summerside, il est difficile d’estimer le nombre de bâtiments actuellement vacants.

Carrie Adams dans la rue, derrière elle une route et un camion.

La présidente du comité des règlements et des politiques de Summerside et conseillère Carrie Adams.

Photo : Radio-Canada / Wayne Thibodeau

Nous voulons prendre les devants avant que cela ne devienne un problème, a-t-elle expliqué, ajoutant que de plus en plus de gens s'installent à Summerside.

Si vous avez acheté une propriété dans la région et que vous n’êtes pas en mesure d’y venir avant quelques années, c’est possible de trouver un arrangement avec la municipalité, précise Carrie Adams.

D’après le reportage de Julie Clow, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !