•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’heure du départ a sonné pour le chef sortant du NPD de la Saskatchewan, Ryan Meili

Ryan Meili, tout sourire devant les micros des journalistes.

Ryan Meili est le chef du NPD de la Saskatchewan depuis mars 2018.

Photo : tirée de Facebook/Ryan Meili

Katia St.Jean

Ryan Meili quitte la scène politique quatre ans après son élection à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan. Il se dit particulièrement fier d’avoir été chef de l’opposition lors de la pandémie de COVID-19.

Il y a de la joie et de la fierté, dit-il. Je suis vraiment content d'avoir fait partie de ce bâtiment [le Palais législatif], du mouvement du NPD et d'avoir été le chef de l'opposition, particulièrement dans la pandémie.

« Je suis fier de ce que j'ai été capable de faire. »

— Une citation de  Ryan Meili, chef sortant du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan

Né à Moose Jaw en 1975, il a passé son enfance dans la ferme familiale de Courval, à quelques pas de Gravelbourg.

Au fil de son parcours scolaire, Ryan Meili a pris la décision d’orienter sa carrière vers la médecine. Après avoir terminé ses études, il a voyagé au Mozambique, un pays du sud de l'Afrique, avant de se diriger vers le nord de la Saskatchewan pour y travailler comme médecin.

Une entrée en politique ambitieuse

Il a fait son entrée en politique en 2006, en participant à un congrès du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan pour parler de son projet de clinique étudiante, nommée SWITCH.

Trois ans plus tard, il a tenté de briguer la tête du NPD. Mais étant encore peu connu des électeurs, il a été défait.

Le chef du NPD, Ryan Meilli, en conférence de presse à l'assemblée législative de Regina.

Ryan Meili a remporté l'élection partielle de Saskatoon Meewasin avec 54 % des voix.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Ryan Meili a de nouveau tenté sa chance en 2013. Il n'est toutefois pas parvenu à ses fins, en perdant par un écart de 44 voix seulement face à Cam Broten.

Quatre ans plus tard, à la suite des problèmes de santé du député Roger Parent dont le siège est maintenant vacant, Ryan Meili a fait son entrée à l'Assemblée législative en tant que représentant de la circonscription de Saskatoon-Meewasin.

En 2018, il se lance pour une troisième fois dans la course à la chefferie du parti. Cette fois, il en ressort vainqueur.

Ryan Meili, au podium, salue la foule.

Ryan Meili a été élu à la tête du NPD après sa troisième tentative.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Un chef axé sur la santé

Misant sur la santé tout au long de sa carrière politique, ce médecin de formation a puisé dans ses connaissances médicales pour dénoncer la gestion de la COVID-19 du gouvernement de la Saskatchewan.

M. Meili s’est démarqué comme étant un chef à l’écoute des populations les plus vulnérables et en militant pour les restrictions sanitaires et le port du masque obligatoire.

Comme chef, il a demandé plus de transparence de la part du ministère de la Santé sur les données de la COVID-19, les efforts de vaccination et le débordement des services d’urgences.

Notre objectif premier et principal doit être la santé des habitants de la Saskatchewan. C'est pour cela que nous sommes ici. Nous devons nous en souvenir chaque jour, a-t-il déclaré lors de son dernier jour à l'Assemblée législative.

Ryan Meili

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, a annoncé sa démission en février dernier.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Patterson

Le 18 février 2022, il a annoncé sa démission comme chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan.

Quelques mois plus tard, il a annoncé qu’il se retirait de la vie politique et qu’il ne serait plus le député de Saskatoon-Meewasin à compter du 1er juillet.

Un parti découragé

L’expert en politique David McGrane, qui est aussi l’ancien président du NPD en Saskatchewan, croit que Ryan Meili lègue un Nouveau Parti démocratique découragé et sans confiance.

Ce sentiment est partagé par le professeur de sciences politiques à l'Université de l'Alberta, Frédéric Boily.

C’est un parti qui est malade, parce que quand on perd successivement des élections, c’est clair que ça laisse des traces, observe-t-il.

Toutefois, aux yeux de sa collègue Carla Beck, candidate à la direction du parti, personne n'aurait pu mieux géré les deux dernières années de pandémie au sein de l’Assemblé législative.

Également candidate à la direction du parti, Kaitlyn Harvey éprouve aussi un grand respect pour Ryan Meili.

Il s'est battu pour que la santé soit en tête des priorités lors d'une pandémie, affirme-t-elle. Ryan Meili a sauvé des vies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !