•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Cowessess se remémore la « découverte » de 751 tombes anonymes

Le chef autochtone parle en entrevue.

Le 24 juin 2021, le chef de la Première Nation de Cowessess a annoncé la présence confirmée de 751 tombes anonymes près de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Marieval, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Alexander Quon

Radio-Canada

Selon le chef de la Première Nation de Cowessess, Cadmus Delorme, la dernière année a été difficile pour sa communauté. En effet, 751 tombes anonymes ont été découvertes sur le site de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Marieval, à environ 140 km à l’est de Regina, il y a un an.

C’est une validation, une validation de la douleur, de la frustration, de la colère et de la fatigue de juste essayer de rester autochtone dans un pays qui reste encore d’une certaine manière oppressif, a déclaré le chef Cadmus Delorme.

La découverte de ces tombes anonymes a selon lui engagé sa communauté sur la voie de la guérison parce que le monde entier a été forcé d’accepter une vérité que la communauté connaissait déjà. Des médias internationaux comme Le Monde et CNN ont couvert cette histoire.

Le chef Cadmus Delorme affirme que des survivants du pensionnat de Marieval aimeraient que des accusations formelles soient déposées relativement à ces tombes anonymes.

Des pierres tombales ont été enlevées et rasées par un prêtre dans les années 1960.

Cadmus Delorme a annoncé cette semaine que son désir initial était de porter des accusations en vertu de la Loi sur les cimetières de la province.

Cette loi criminalise l'enlèvement de pierres tombales. Cependant, il est peu probable que cela aboutisse, compte tenu de la longue période qui s'est écoulée depuis cet incident et la mort du prêtre qui en avait donné l'ordre.

Le chef confie que le site de Marieval est toujours considéré comme une scène de crime.

« Nous ne faisons que recueillir des données pour voir si quelque chose sera validé à mesure que nous progressons. »

— Une citation de  Cadmus Delorme, chef de la Première Nation de Cowessess

À l’heure actuelle, nous n’avons pas beaucoup de validation pour des activités criminelles. Il s’agit simplement de raconter la vérité et c’est une histoire difficile à comprendre.

  • Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Avec les informations d'Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !