•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cheffe de la police de Thunder Bay doit répondre à des allégations d’inconduite

Une femme policière dans un point de presse.

Sylvie Hauth est la première femme à être cheffe du Service de police de Thunder Bay. (Archives)

Photo : CBC

Radio-Canada

La cheffe de la police de Thunder Bay, Sylvie Hauth, devra répondre à trois accusations d’inconduite portées contre elle. Elle a été appelée à témoigner par la Commission civile de l’Ontario sur la police (CCOP) jeudi après-midi, à peine quelques heures après avoir annoncé son intention de prendre sa retraite le 14 juin 2023.

Après avoir enquêté sur le dossier depuis février, l’agence provinciale a annoncé qu’elle tiendra une audience pour permettre à Mme Hauth de s’expliquer. Une date précise n’a pas été indiquée et les accusations n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.

Un porte-parole du Service de police de Thunder Bay a indiqué à CBC que Mme Hauth n’accorde pas d'entrevue en ce moment puisque l’annonce de sa retraite doit être abordée à la prochaine réunion de la Commission du Service de police de Thunder Bay dans une semaine.

La cheffe Sylvia Hauth fait face à trois accusations en lien avec la loi provinciale sur les services policiers :

  • Qu’elle a échoué de prendre les mesures nécessaires en réaction aux allégations portées contre le chef adjoint Ryan Hughes

  • Qu’elle a fourni des renseignements erronés au sujet de l’enquête sur ces allégations à la Commission du Service de police de Thunder Bay

  • Qu’elle n'a pas pris les mesures nécessaires pour s'atteler aux allégations d’actes répréhensibles visant d’autres membres du corps policier

J’espère que l’année d’avance donnera suffisamment de temps au conseil pour recruter et préparer un plan de succession pour mon remplaçant, a-t-elle expliqué dans son communiqué émis jeudi matin.

Le président du syndicat des policiers de la Ville de Thunder Bay, Colin Woods, affirme qu’il suivra attentivement les démarches de la CCOP.

Une solution espérée

Le maire de Thunder Bay et membre de la commission du service de police, Bill Mauro, sera de la prochaine réunion, qui aura lieu le mardi 28 juin, durant laquelle le remplacement de la cheffe sera discuté. M. Mauro n’a pas de droit de vote puisque la commission est toujours supervisée par un administrateur nommé par la province.

Durant un processus comme celui-ci, je ne crois pas avoir besoin d’un vote. Mais il n’est jamais trop tard pour l’entamer. Ça ne me dérange pas de dire que j’espère que l’on considère sérieusement de chercher à l’extérieur du service pour trouver un remplaçant à temps plein, a-t-il expliqué à CBC News.

Colin Woods abonde dans le même sens. Il ne s’oppose pas à l’embauche de quelqu’un à l’interne, mais, comme le maire, il souhaite que la commission regarde attentivement ce qu’il y a à l’extérieur du corps policier en choisissant le prochain chef.

Je crois qu’une nouvelle paire d’oreilles et d’yeux, quelqu’un avec aucun rapport ou lien au service de police, peut entrer et laisser sa marque en le moulant d’après ce qu’il veut, estime-t-il.

Au niveau du remplacement de Mme Hauth, M. Woods espère que la commission fera les vérifications nécessaires et ne fera pas que choisir la prochaine personne au sein du service de police qu’elle croit être en ligne pour ce poste.

J’espère que nous aurons un leader qui veut travailler avec l’association et qui veut un environnement de travail positif, ajoute-t-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !