•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford nomme son neveu au cabinet et une nouvelle ministre de la Santé

Sylvia Jones et Doug Ford devant l'Assemblée législative lors de la cérémonie d'assermentation.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, serre la main de sa nouvelle ministre de la Santé, Sylvia Jones.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le nouveau cabinet ontarien compte quelques visages différents, comme ceux de Michael Ford aux Affaires civiques et de Sylvia Jones à la Santé, mais le premier ministre Doug Ford opte pour la continuité aux Finances, à l'Éducation et aux Affaires francophones, notamment.

M. Ford avait l'embarras du choix pour son nouveau cabinet, alors que 83 députés progressistes-conservateurs ont été élus aux élections provinciales du 2 juin, lui assurant un deuxième mandat fort.

Le nouveau cabinet assermenté vendredi compte 29 ministres, soit 3 de plus que l'ancien. Il inclut :

  • 7 femmes;
  • 7 personnes de minorités visibles;
  • 5 nouveaux députés, y compris Michael Ford (neveu de Doug Ford).

Le premier ministre Ford dit qu'il a un plan « d'unité pour l'avenir de l'Ontario ».

« Au plus profond de mon coeur, je pense qu'il s'agit d'un gouvernement qui doit représenter tout le monde. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Santé

Sylvia Jones en conférence de presse.

Sylvia Jones passe du poste de solliciteure générale à celui de ministre de la Santé (archives).

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le premier ministre n'avait d'autre choix que d'opter pour un nouveau ministre à la Santé, parce que la ministre sortante, Christine Elliott, ne s'était pas représentée.

Il nomme Sylvia Jones, qui était solliciteure générale, à la tête de ce ministère qui a été à l'avant-plan durant la pandémie de COVID-19.


Finances

Peter Bethlenfalvy lors d'une conférence de presse.

Peter Bethlenfalvy reste ministre des Finances (archives).

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Doug Ford réitère sa confiance à l'endroit de Peter Bethlenfalvy pour diriger le ministère des Finances.

Ce dernier aura pour première mission de faire adopter le budget 2022 qu'il avait présenté juste avant le déclenchement de la campagne électorale et qui était mort au feuilleton.

Éducation

Stephen Lecce en conférence de presse.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, conserve son poste dans le nouveau cabinet (archives).

Photo : La Presse canadienne / Rene Johnston

Stephen Lecce conserve le portefeuille de l'Éducation, malgré les controverses à son endroit durant le premier mandat des progressistes-conservateurs.

Parmi ces controverses, on note le fait qu'il avait participé à une vente aux esclaves simulée lorsqu'il était étudiant universitaire. Il a dû présenter des excuses à ce sujet durant la campagne.

Critiqué par plusieurs pour sa gestion de la pandémie, il devra maintenant piloter l'épineux dossier des négociations pour le renouvellement des conventions collectives des enseignants et autres travailleurs en éducation.


Le neveu de Doug Ford

Doug Ford regarde son neveu Michael en souriant.

Michael Ford devient ministre même s'il n'a aucune expérience en politique provinciale.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Michael Ford, un ancien conseiller municipal de Toronto qui a fait le saut en politique provinciale, fait immédiatement son entrée au sein du cabinet de son oncle.

Il prend les rênes du ministère des Affaires civiques et du Multiculturalisme.


Affaires francophones

Caroline Mulroney à une assemblée.

Caroline Mulroney garde son poste de ministre des Transports et des Affaires francophones (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Caroline Mulroney reste ministre des Transports et des Affaires francophones.

Les progressistes-conservateurs ont promis des milliards de dollars en investissements dans le transport en commun et les autoroutes, y compris le projet controversé d'autoroute 413.

Mme Mulroney a aussi lancé l'an dernier une modernisation de la Loi sur les services en français.

Autres ministères

Parmi les autres ministères clés, Monte McNaughton reste au Travail, Paul Calandra garde les Soins de longue durée et Steve Clark, les Affaires municipales, alors que Doug Downey demeure procureur général.

Aussi ministres :

  • Raymond Cho, ministre des Services aux aînés et de l’Accessibilité
  • Jill Dunlop, ministre des Collèges et Universités
  • Vic Fedeli, ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce
  • Merrilee Fullerton, ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires
  • Parm Gill, ministre de la Réduction des formalités administratives
  • Michael Kerzner, solliciteur général
  • Neil Lumsden, ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport
  • David Piccini, ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs
  • Graydon Smith, ministre des Richesses naturelles et des Forêts
  • George Pirie, ministre des Mines, avec mandat élargi au développement du Cercle de feu
  • Kaleed Rasheed, ministre des Services au public et aux entreprises
  • Greg Rickford, ministre du Développement du Nord et ministre des Affaires autochtones
  • Prabmeet Sarkaria, président du Conseil du Trésor
  • Todd Smith, ministre de l’Énergie
  • Kinga Surma, ministre de l’Infrastructure
  • Lisa Thompson, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales
  • Stan Cho, ministre associé des Transports
  • Michael Parsa, ministre associé du Logement
  • Michael Tibollo, ministre associé délégué à la Santé mentale et à la Lutte contre les dépendances
  • Charmaine Williams, ministre associée des Perspectives sociales et économiques pour les femmes

De son côté, Lisa MacLeod, qui était ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture, est exclue du nouveau cabinet.

Mme MacLeod précise dans une déclaration qu'elle prendra les prochains mois pour se reposer et améliorer sa santé, suivant les conseils de son médecin.

Doug Ford écarte aussi du cabinet Ross Romano, qui était ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs.

Réactions de l'opposition

Mike Schreiner en conférence de presse.

Le chef du Parti vert de l'Ontario, Mike Schreiner, est déçu qu'il n'y ait pas plus de femmes au sein du nouveau cabinet (archives).

Photo : CBC / Alex Lupul

Le NPD, qui forme l'opposition officielle à Queen's Park, affirme dans un communiqué que les noms des ministres formant le cabinet importent peu. Ce qui est important, ce sont les actions accomplies par le cabinet.

Les néo-démocrates accusent Doug Ford de vouloir faire des compressions et lui demandent plutôt de répudier le budget présenté avant le déclenchement de la campagne électorale.

Le système de santé est en crise et nous devons investir dans la réduction des temps d'attente, dit le NPD. Nos enfants ont besoin de plus d'appui et de classes de plus petite taille après plusieurs années difficiles. Et les travailleurs nécessitent de meilleurs salaires et un allègement financier.

Le député néo-démocrate Jeff Burch accuse M. Ford de gaspiller des fonds publics en élargissant la taille de son cabinet.

« Alors que les familles peinent à faire face à l'inflation, sans répit à l'horizon, Ford s'assure que plus de ses partisans vivent dans le confort [en tant que ministres]. »

— Une citation de  Jeff Burch, président du caucus du NPD

Le NPD est sans chef depuis la démission d'Andrea Horwath le soir des élections. Même situation pour les libéraux, qui ont perdu Steven Del Duca.

Sur Twitter, le député libéral John Fraser affirme que les libéraux sont prêts à travailler avec le gouvernement pour aider les Ontariens et prêts à tenir le gouvernement responsable en cas d'échec.

Les priorités du parti : la « crise d'abordabilité », l'éducation, l'environnement, un plan pour faire face aux prochaines vagues de COVID-19 et l'annulation de la loi 124, qui plafonne à 1 % les augmentations de salaire dans le secteur public.

Le chef des verts, Mike Schreiner, dit qu'il est décourageant de voir seulement sept femmes au sein du cabinet. La représentativité, c'est important, déplore-t-il. Tous les gouvernements devraient essayer d'avoir une parité entre hommes et femmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !