•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

52 personnes évacuées à Jonquière en raison d’un incendie

un feu

L'incendie se trouve près de la rue Saint-Dominique à Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Radio-Canada

Cinquante-deux personnes ont été évacuées à la suite d'un incendie dans un immeuble à logement survenu dans la nuit de jeudi à vendredi sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière. L'incendie a été maîtrisé en fin d'avant-midi.

Une quarantaine de pompiers ont été dépêchés sur les lieux pour combattre les flammes qui se sont déclarées vers 2 h du matin dans l'immeuble, qui est un ancien pensionnat des Sœurs du Bon-Pasteur reconverti en habitations à loyer modique (HLM). L'immeuble est géré par l'Office municipal d'habitation (OMH) de Saguenay.

Les pompiers ont dû procéder à des sauvetages en raison de l’âge de certains occupants. Il n’y a aucun blessé, selon les informations fournies par le Service de sécurité incendie de Saguenay vendredi matin.

De la fumée s'échappe du toit d'un immeuble à logements.

Le bâtiment est un ancien pensionnat des Sœurs du Bon-Pasteur, qui a été converti en immeuble offrant des habitations à loyer modique.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Notre priorité, c’était le sauvetage, donc les gens ont été évacués, a indiqué Steeve Julien, adjoint au chef du Service de sécurité incendie de Saguenay. Les pompiers s'affairaient à vérifier où se trouvaient les occupants de logements qui étaient libres au moment de l'intervention.

Une cinquantaine de locataires, dont la majorité sont des aînés, ont été pris en charge par la Croix-Rouge. Plusieurs sont hébergés temporairement au Motel Princesse, à Jonquière.

Les locataires ont été réveillés par l'alarme incendie en pleine nuit.

« On a tout ramassé le peu qu’on pouvait. On a sorti tout de suite. Puis là, on voyait de la fumée, mais à un moment donné, on a vu que ça brûlait pas mal, et de plus en plus. »

— Une citation de  Martine Sévigny, une résidente évacuée

L'évacuation s'est déroulée dans le calme, rapporte la locataire. L'incendie s'est déclaré loin de son logement, mais les flammes se sont ensuite propagées dans la portion de l'immeuble où elle habite.

Tout est perdu pour moi et pour beaucoup d’autres, a-t-elle laissé tomber, lorsque rencontrée au Motel Princesse.

Des intervenants de la Croix-Rouge en réunion.

Une cinquantaine de sinistrés ont été pris en charge par la Croix-Rouge au Motel Princesse, à Jonquière,

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les résidents évacués rencontraient sur place les intervenants de la Croix-Rouge. Ça a bien été, c’était énervant un peu, a partagé une autre résidente évacuée. [...] L’alarme a sonné, puis je suis sortie à toute vitesse.

Plusieurs résidents du secteur ont été réveillés par l'intervention. On sympathise avec eux autres, c'est tout ce qu'on peut faire, s'est désolé Guy Côté, un voisin qui a constaté, impuissant, les résidents de l'immeuble évacuer en pleine nuit.

Une aide financière pour les sinistrés

La ministre responsable du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, s’est rendue sur place. Elle assure qu’une aide financière d’urgence sera offerte aux sinistrés.

« C’est certain qu’il y a de l’aide de Québec qui va arriver. On a des programmes de suppléments au loyer, ce qui veut dire que les gens, justement, on va les aider à se relocaliser. Donc, financièrement, je ne veux pas que les gens soient stressés. On a des logements, on a des montants. »

— Une citation de  Andrée Laforest, ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Il sera toutefois difficile de trouver de nouveaux logements dans des HLM, alors que des logements disponibles ont récemment été mis à la disposition des résidents évacués à La Baie dans le secteur où est survenu un glissement de terrain.

Sauf que les logements, au niveau des HLM comme celui-ci, comme celui-là, bien on n'en aura pas assez, il va falloir aller dans le privé. Mais on a des programmes également pour aller trouver des programmes dans le privé également, a ajouté la députée de Chicoutimi, qui est également ministre des Affaires municipales et de l'Habitation.

Quatre personnes regardent l'incendie.

Le directeur général adjoint de l'OMH Saguenay, Adam Boivin, le directeur général, Éric Gauthier, la ministre responsable du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, et le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, se sont rendus sur les lieux de l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

L’incendie a débuté sur un balcon avant de se propager dans les combles de l'immeuble. En début d'après-midi, vendredi, les responsables de l'OMH de Saguenay attendaient le feu vert des pompiers pour pénétrer à l'intérieur de l'immeuble pour constater les dégâts en compagnie d'un ingénieur en bâtiment. Ils espèrent pouvoir récupérer certains meubles situés au rez-de-chaussée.

On ne connaît pas encore l’ampleur des dommages, mais on peut constater que les dommages vont être importants, a indiqué Adam Boivin, directeur général adjoint de l'OMH Saguenay. Présentement, nos équipes de travailleurs sociocommunautaires sont à pied d’oeuvre avec la Croix-Rouge pour travailler avec la clientèle, essayer de les sécuriser, puis de les reloger rapidement.

La cause du brasier n'est pas encore déterminée, affirmait en soirée le Service de police de Saguenay (SPS). Le SPS demandait par ailleurs aux gens de ne pas s'approcher de l'édifice et ajoutait que des enquêteurs chercheraient la cause.

Feu dans un bâtiment et pompiers.

Le feu aurait pris naissance dans les combles du bâtiment de trois étages.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Trop tôt pour parler de reconstruction

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, était également sur place vendredi matin, afin de soutenir les sinistrés qui doivent être relogés.

Il a également souligné l'importance de l'ancien pensionnat dans le paysage jonquiérois. L'immeuble, construit à la fin des années 1930, a été converti en immeuble à logements dans les années 1980.

C’est un élément marqueur, marquant du territoire. C’est un bâtiment patrimonial, donc il va falloir voir pour la suite ce qu’on va faire avec ça. Mais il est beaucoup trop tôt. Est-ce qu’il y a des morceaux qu’on va pouvoir garder, est-ce qu’on va reconstruire au complet?, s'est-il questionné.

Des débris devant un bâtiment.

Des débris sont bien visibles près de l'une des entrées du bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Le président de l'arrondissement de Jonquière, Carl Dufour, mentionne que des discussions sont en cours au sujet de l'avenir du bâtiment et des résidents.

On ne peut pas les laisser sans toit. C’est des gens, quand même, qui étaient attachés à leur milieu. Il y en a pour qui ils demeuraient là depuis très, très longtemps, a-t-il mentionné.

Il a également indiqué avoir discuté de la situation avec la mairesse Julie Dufour. Je pense que tous les efforts vont être faits, des discussions avec l’OMH aussi. Il faut regarder l’ensemble de la situation, une fois que les événements vont être passés. Puis on va s’assurer que ces gens-là retrouvent un endroit de qualité, a-t-il souligné.

Avec les informations de Roby St-Gelais et Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !