•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine est désormais ouverte au public

Pierre Dufour parle au micro à côté du drapeau du Québec et derrière un lutrin.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, se réjouit que l’accès au territoire de la Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine soit redonné à la population.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Le public peut désormais explorer les 42 km carrés de la Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine à la suite de son annexion à la réserve faunique des Chic-Chocs.

Ravi de pouvoir fermer ce dossier centenaire, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Pierre Dufour, en a fait l’annonce jeudi à Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine.

Des employés assurent la surveillance des lieux depuis de nombreuses années et des cadenas bloquaient jusqu'à tout récemment l'accès aux routes forestières ainsi qu'aux sentiers.

Le fleuve Saint-Laurent et les montagnes de la Gaspésie vus derrière des fleurs sauvages.

La Haute-Gaspésie, photographiée du secteur du phare Cap-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Moins d’un an après l’achat symbolique du territoire par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), il s’agit d’un immense soulagement et d’une grande victoire pour la Municipalité.

Dans mon cœur, on tourne une page d’histoire. Ça fait 343 ans que différents propriétaires prennent soin du site sans que le public puisse y poser le pied, évoque Joël Côté, maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine depuis 2009.

Il sera désormais possible, autant pour les citoyens locaux que les touristes, de découvrir gratuitement ce site à haut potentiel pour le plein air et la pêche.

« Nous envisageons d’offrir une tonne d’activités telles que le kayak de mer et de belles randonnées pédestres. C’est le paradis, ici! »

— Une citation de  Joël Côté, maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

Pour l’instant, la SÉPAQ s’attelle à transformer le littoral de 1,5 km en y ajoutant de jolis aménagements pour pique-niquer. Nous avons une superbe aire gazonnée avec un magnifique barachois, merveilleux pour casser la croûte, observer la mer et venir pêcher, énumère le vice-président Exploitation, secteur faunique pour la SÉPAQ, Dave Boulet.

La chasse et la pêche ne seront pas permises à la Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine en 2022, afin que la gestion du volet administratif du nouveau statut du parc soit priorisée. M. Boulet souhaite toutefois que ces activités soient autorisées en 2023.

Un important moteur économique

Située à l’extrême est de la Haute-Gaspésie et à proximité de Murdochville, Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine demeure peu connue des touristes, mentionne le maire Côté. Mettre en valeur la beauté du territoire attirera certainement un nombre considérable de nouveaux arrivants, croit-il.

Carte géographique situant la municipalité de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine au nord-est de Murdochville et à l'est de Sainte-Anne-des-Monts

La Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine se joint à la réserve faunique des Chic-Chocs.

Photo : Gracieuseté de la SÉPAQ

Parallèlement au travail de préservation de la SÉPAQ avec la Seigneurie, la Municipalité aspire d’ailleurs à revitaliser le phare du Cap-de-la-Madeleine dans le but d’élargir son offre touristique.

Un phare est installé à proximité d'une maison.

Le phare Cap-de-la-Madeleine dans la municipalité de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Pierre Dufour accusé d’être responsable du déclin du caribou

Le passage du ministre du MFFP en Gaspésie n’est pas passé inaperçu. En effet, un groupe d’une dizaine de manifestants s’est présenté au point de presse.

L'un d’entre eux a même déclaré que Pierre Dufour demeure l’unique responsable de l’extinction graduelle du caribou alors qu’il ne reste que de 32 à 36 individus dans l’ensemble du massif des Chic-Chocs.

Une femme lit un texte pendant une conférence de presse.

Une manifestante, Laurie-Anne Bres, est intervenue pendant le point de presse pour dénoncer « l'inaction » du ministre Pierre Dufour pour sauver le caribou de l'extinction.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

«  On trouve que le ministre ne fait pas bien sa job. Son mandat est de protéger les forêts alors qu’il préfère la commercialiser avec la déforestation. »

— Une citation de  Laurie-Anne Bres, manifestante

Le groupe a profité de l'occasion pour interpeller le ministre Dufour afin qu’il mette définitivement fin à toutes les coupes forestières dans l’habitat naturel du caribou ou qu’il y ait à tout le moins un moratoire sur l’exploitation forestière.

Le ministre a rétorqué que le moment n'était pas opportun pour une telle intervention. Je suis toujours disponible pour rencontrer quiconque désire communiquer avec moi, a-t-il répondu.

Pierre Dufour s'est également défendu en rappelant que la capture et la mise en enclos de la harde de 16 caribous de Charlevoix ont permis la naissance de six bébés.

Avec les informations de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !