•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 80 ans pour une éducatrice de la petite enfance de Sherbrooke

Diane Gauthier tient son prix remis par l'Assemblée nationale du Québec.

Diane Gauthier affirme vouloir continuer à travailler tant que sa santé le lui permettra.

Photo : Radio-Canada

À 79 ans, Diane Gauthier a encore la flamme pour son métier. Du chant de comptines jusqu’aux jeux dans les modules, ses yeux brillent lorsqu’elle parle du temps passé au Centre de la petite enfance (CPE) Jardin d’A.M.I.S. à Sherbrooke. Mme Gauthier, qui exerce son métier depuis maintenant trente ans, est d’une aide précieuse pour cette garderie du secteur de Rock Forest.

En pleine pénurie de main-d'œuvre, Diane Gauthier est un atout précieux pour son équipe. Je suis devenue une denrée rare parce qu’il n’y a pas beaucoup de remplaçantes et je suis toujours disponible. C’est très difficile d’avoir des remplaçantes, et moi, j’amène une constance avec les enfants. Ils me connaissent tous. C’est ça qui fait la différence.

« Mon cœur est ici. C’est ma deuxième famille. Quand je suis ici, je me sens vivante ! »

— Une citation de  Diane Gauthier, éducatrice au CPE Jardin d’A.M.I.S.

Ayant amorcé sa carrière à l’âge de 50 ans, l’éducatrice estime que ses débuts tardifs dans le domaine lui permettent de durer plus longtemps aujourd’hui.

Une carrière soulignée

La semaine dernière, Mme Gauthier a reçu une lettre et une médaille de reconnaissance de l’Assemblée nationale pour souligner sa carrière.

« Moi, ce que je fais, je trouve ça ordinaire. C’est ma vie de tous les jours. Je ne trouve pas que c’est extraordinaire, mais ici, on a souligné ça de cette manière-là et j’en suis très heureuse! »

— Une citation de  Diane Gauthier, éducatrice au CPE Jardin d’A.M.I.S.

Pour la directrice générale du CPE Jardin d’A.M.I.S., Johanne Levasseur, la disponibilité de Diane – entre 25 et 30 heures par semaine – aide énormément à améliorer la qualité de service du centre en plus de répondre au manque de personnel.

Et pas question pour Mme Gauthier de s’arrêter : elle affirme vouloir continuer à travailler tant que sa santé le lui permettra.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !