•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les places en pension pour chiens de plus en plus rare en Mauricie

Chargement de l’image

Le manque de disponibilité en pension pour chiens est remarqué dans plusieurs régions du Québec.

Photo : Chien mondain

Radio-Canada

De nombreux endroits dédiés aux chiens refusent quotidiennement des clients. Entre-temps, les appels incessants de propriétaires cherchant désespérément une pension pour la saison des vacances se poursuivent. Une situation qui s'explique par les voyages et la hausse d'adoption au début de la pandémie.

Au Centre L'Équilibre canin de Sainte-Monique, il n'est plus possible d'accueillir de nouveaux visiteurs. La pension est complète pour toute la saison estivale. La situation est telle que l'été dernier, les réservations se sont faites des mois à l'avance pour s'assurer une place pour les prochaines vacances.

Cette année, la situation se répète. Beaucoup de réservations ont été effectuées pour l'été 2023, même pour l'automne, l'hiver et le printemps prochain, confie la propriétaire du centre Anita LaitenBerger.

« J'avais beaucoup de nouveaux chiots qui ont été inscrits en 2021. Ensuite c'est la roue qui tourne, les vacances, les fins de semaine tout ça. La demande était grande donc j'ai décidé en janvier 2021 de ne plus prendre de nouveaux clients. Mais malgré tout ça, on est toujours plein. »

— Une citation de  Anita LaitenBerger, propriétaire du centre

Elle encourage les gens à réserver une place tôt en pension pour chiens.

Un peu partout au Québec

La situation n'est pas différente dans d'autres régions du Québec. La responsable affirme avoir reçu des appels de partout. Incapable de répondre, elle recommande d'autres pensions aux clients, comme le Centre Canin de Trois-Rivières. Mais là aussi les places sont complètes. Une vingtaine de clients est refusée par jour. De plus, le centre ne procède plus à de nouvelles inscriptions depuis mars.

Par ailleurs, les responsables révèlent que beaucoup de chiens adoptés durant la pandémie n'ont pas pu participer à des cours d'éducation canine et sont peu socialisés.

C'était plus long l'adaptation, plus longue l'interaction avec les autres chiens, envers moi, déclare Madame LaitenBerger, précisant avoir remarqué une différence de chiots plus craintifs, qui ont déjà essayé de mordre du monde.

La Société protectrice des animaux de la Mauricie plaide en faveur d'une attitude responsable des propriétaires des chiens, les invitant à ne pas les abandonner si aucune pension n'a été trouvée. Il est toujours possible de trouver des solutions alternatives, insiste Sarah-Lise Hamel, directrice générale adjointe de SPA Mauricie.

Actuellement, l'institution ne constate pas de hausse d'abandons liée au manque de place en pension.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !