•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ fait volte-face et choisit un nouveau terrain pour le futur hôpital de l’Outaouais

Le campus santé sera construit plus près du centre-ville, dans le secteur de Hull, mais nécessitera l’expropriation de plusieurs commerces et entreprises.

Une carte satellite montrant un secteur surligné de rouge.

Le nouveau campus santé de l’Outaouais sera situé à un endroit qui reste à déterminer dans ce quadrilatère du parc industriel le long de la rue d'Edmonton, dans le secteur de Hull.

Photo : Radio-Canada / Yosri Mimouna

Aux prises avec une forte grogne locale, le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a finalement opté pour un nouveau terrain pour le futur hôpital de Gatineau, qui avait fait l’objet d’une promesse électorale en 2018.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, Québec annoncera jeudi matin que le nouveau campus santé de 600 lits de l’Outaouais sera situé en pleine ville, dans un parc industriel le long de la rue d'Edmonton, dans le secteur de Hull.

Le terrain est aux abords de l’autoroute 5 et se trouve non loin du Casino du Lac-Leamy. Le Centre hospitalier affilié universitaire (CHAU) de l'Outaouais sera construit dans un quadrilatère où se trouvent un poste de police, des terrains municipaux et plusieurs commerces et entreprises.

Québec avait initialement opté pour un terrain dans le nord de Gatineau, le long du boulevard de la Technologie, mais a dû se raviser après avoir essuyé une série de critiques.

Un grand terrain vert avec quelques arbres

La Coalition pour un centre hospitalier accessible et durable de l’Outaouais (CCHADO) s'était d'ailleurs vivement opposée au choix du terrain situé dans le quartier des Hautes-Plaines.

Photo : Radio-Canada / Andreanne Apablaza

Le nouveau terrain nécessitera des expropriations, ce qui était vu comme un désavantage dans le processus d’évaluation des terrains. Toutefois, la Ville de Gatineau se serait engagée à participer activement au processus.

La Ville a clairement établi sa préférence pour ce site-là, a expliqué une source au sein du gouvernement du Québec. C’est un terrain qui est assez grand pour construire le campus santé qu’on veut construire, et on sera capable aussi de faire des développements futurs. On construit un hôpital pour 100 ans.

Daniel Leblanc

Une promesse populaire, un terrain controversé

La promesse de construire un nouvel hôpital est populaire en Outaouais, une ancienne forteresse libérale où la CAQ a fait une percée aux élections de 2018 en gagnant trois sièges sur cinq.

L’Outaouais dépend en partie de l’Ontario en matière de soins de santé et se sent souvent en queue de peloton au Québec en matière d’accès aux services médicaux.

Toutefois, une vaste coalition de gens d’affaires, d’élus municipaux et d’activistes locaux a forcé le gouvernement à retourner à la planche à dessin ce printemps, critiquant le choix initial d’un terrain dans le nord de la ville avec un piètre accès au transport en commun.

De nombreux acteurs, dont des promoteurs immobiliers, souhaitaient que l’hôpital soit plus près du centre-ville de Gatineau.

Une femme se tient debout devant des micros et des caméras.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle, en conférence de presse.

Photo : Radio-Canada

La mairesse France Bélisle avait demandé à Québec de revoir ses plans plus tôt cette année. Elle a annoncé mercredi qu’elle allait se rallier au choix final de terrain effectué par le gouvernement.

À partir du moment où le site est annoncé, la Ville de Gatineau devient un partenaire champion, a-t-elle déclaré.

Le choix final

Le nouveau terrain, situé à l’intérieur d’un quadrilatère délimité par la rue d'Edmonton, le boulevard de la Carrière et la rue Adrien-Robert, est tout près du Rapibus, de deux bretelles d’autoroute, d’un réseau de pistes cyclables et d’un espace vert qui entoure le lac Leamy.

Le choix du nouveau terrain a été fait d’un commun accord avec la Ville de Gatineau et nécessitera l’utilisation de terrains municipaux, de même que l’expropriation de terrains privés le long de la rue d'Edmonton, tout près de l’autoroute 5.

Le périmètre de plus de 300 000 mètres carrés inclut un poste de police de la ville de Gatineau de même que des ateliers municipaux. Il y a des hôtels, des commerces et des restaurants à proximité.

Dans le jargon du gouvernement, ce terrain est connu sous le nom de site no 22.

Un long processus d’analyse

Selon des sources gouvernementales, Québec a étudié une trentaine d'endroits différents avant d’en arriver au choix final.

Il n’y a aucun terrain qui est parfait, dans le sens où chacun avait des avantages et chacun avait des contraintes, a affirmé une de nos sources.

Après avoir pris un pas de côté ce printemps pour refaire ses devoirs, le gouvernement a concentré son attention sur une demi-douzaine d’emplacements.

Selon nos sources, des tests sur un terrain près du Réno-Dépôt, situé à proximité du nouveau terrain, auraient relevé des niveaux préoccupants de méthane dans le contexte où le terrain servira à un établissement de santé.

Un terrain vacant.

Un vaste terrain vacant se trouve derrière le Réno-Dépôt et l'Écocentre, près du lac Leamy.

Photo : Radio-Canada / Andreanne Apablaza

Des endroits plus au centre-ville ont aussi été écartés. Les terrains autour du Centre Robert-Guertin auraient requis la destruction de l’École secondaire de l'Île, alors que les terrains autour de l’entreprise de matériaux de construction Pilon ltée comprennent un chemin de fer.

Québec avait un penchant pour des terrains autour du Centre Asticou, plus à l’ouest, aux abords du parc de la Gatineau, mais la préférence de la Ville pour le terrain no 22 a été un facteur déterminant dans le choix final.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...