•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la découverte de Frenchman Butte avec son seul et unique francophone

Vue du village et la rivière Saskatchewan nord au loin.

La petite communauté de Frenchman Butte est située au nord-ouest de Saskatoon, tout près de la frontière albertaine.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Frenchman Butte est un petit village pittoresque situé le long de la rivière Saskatchewan Nord, à environ 300 km au nord-ouest de Saskatoon. Un tel nom de village a tout de suite piqué la curiosité de la Fureteuse fransaskoise, Nicole Lavergne Smith : y a-t-il un francophone, un French man, à Frenchman Butte?


Après quelques messages envoyés au musée de la communauté, on m'apprend que le pasteur Lévis Beaudoin de la Riverview Community Church est d’origine franco-albertaine.

Coup de chance, il accepte de me faire visiter la communauté!

Le pasteur sourit devant sa maison.

Lévis Beaudoin est arrivé à Frenchman Butte il y a cinq ans.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Lévis Beaudoin et son épouse, Maxine, ont déménagé à Frenchman Butte il y a cinq ans.

Le couple achète alors l'ancien bar et restaurant du village, fermé depuis maintenant 10 ans, pour le rénover et en faire leur maison.

Une bonne petite histoire : le pasteur a acheté le bar!, raconte M. Beaudoin en riant. Astheure c’est notre maison; c’est où nous demeurons.

Lévis Beaudoin sourit devant une maison verte.

Lévis Beaudoin devant le bar qu'il a transformé en maison.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

À sa connaissance, il est aujourd'hui le seul francophone du village.

« Enfin ils ont un autre français à Frenchman Butte! »

— Une citation de  Lévis Beaudoin, pasteur

Frenchman Butte a commencé avec un homme qui avait le trading post [le poste de traite] juste au bas de la butte. Quand il est décédé, ils ont nommé la butte après lui : le Frenchman. Ils ne savaient pas le nom du gars, mais le village a pris le nom de Frenchman Butte.

La colline qui surplombe le village de Frenchman Butte.

La colline qui surplombe le village de Frenchman Butte.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Des jumelles pour les daltoniens

Lévis Beaudoin et sa femme sont très impliqués dans la communauté.

Il y a quelques années, le pasteur a découvert l’existence de jumelles qui aident les daltoniens à voir les couleurs.

Connaissant des daltoniens à Frenchman Butte, il a cru que ça serait une bonne idée d’avoir ces jumelles pour la communauté. Avec l'aide de l'église, il est parvenu à amasser des fonds pour en acheter un exemplaire.

La longue-vue du village de Frenchman Butte.

La communauté s'est rassemblée pour amasser des fonds afin d'acheter les jumelles.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Aujourd'hui, les visiteurs peuvent retrouver ces fameuses jumelles en haut de la colline, à côté de l’église, dans un pavillon construit en cèdre.

Un musée avec des histoires à raconter

Au coeur du village, un peu plus bas sur la colline, on retrouve le musée de Frenchman Butte.

Ce dernier regroupe différents édifices, dont un charmant salon de thé construit en rondins de bois.

Salon de thé construit en rondins de bois.

Marilyn et Tom Houghman devant le salon à thé du musée de Frenchman Butte.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Le président du musée, Tom Houghman, et son épouse, Marilyn, la trésorière, sont là pour m'accueillir.

Ce sont des bénévoles comme eux qui font rouler ce musée et qui prennent soin des artéfacts amassés au fil des ans.

Nous essayons de montrer à quoi ressemblait la vie à l'époque des colons, explique Tom Houghman. Ils avaient un rêve et nous voulons le garder vivant.

En compagnie de Lévis Beaudoin, je fais le tour des différents bâtiments. On retrouve, entre autres, une station de train, une école et l’ancien magasin général du village.

Chaque année, plusieurs groupes scolaires viennent visiter le musée pour découvrir comment vivaient les colons qui se sont établis à Frenchman Butte.

Or, l'un des artéfacts les plus surprenants de la collection date d'avant l'arrivée du magasin général et de l’école...

Derrière une vitre, un peut voir un vieux manteau en cuir perlé. Selon Lévis Beaudoin, ce vêtement aurait appartenu à Louis Riel!

Manteau derrière une vitre.

Un manteau en cuir qui aurait appartenu à Louis Riel se retrouve dans le musée de Frenchman Butte.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

C'est que tout près du village, en mai 1885, un combat a eu lieu entre les Cris et les troupes canadiennes pendant la résistance du Nord-Ouest.

On connaît beaucoup la bataille de Batoche, elle est très populaire, mais ceci est la bataille oubliée qui s'est passée dans cette région, soutient le pasteur.

Une pancarte à côté du manteau indique qu'il provient d'une famille d'anciens forgerons. Il y est écrit que Louis Riel et Gabriel Dumont ont offert le vêtement en échange des services du forgeron.

Tout près du manteau, le musée a également une impressionnante collection de pointes de flèches.

Après une journée complète à découvrir l'endroit, je réalise que je pourrais encore y passer de nombreuses heures. Et quel plaisir de pouvoir discuter en français dans un village qui porte le nom de Frenchman Butte.

C’est une communauté où, je le sens, il me reste encore beaucoup à découvrir!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !