•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Planter des arbres en terres agricoles en échange de crédits carbone

Chargement de l’image

Un planteur d’arbres sur un site de reboisement en périphérie de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

La Presse canadienne

Québec octroie un financement au projet « Demain la forêt », lancé notamment par le groupe Les Cowboys Fringants, afin de planter des arbres et de créer des puits de carbone naturels sur des terres agricoles. Une pratique qui permettrait aux agriculteurs d'obtenir des crédits carbone qu'ils pourraient éventuellement monétiser.

L'équipe de scientifiques et de géomaticiens qui travaillent avec Jérôme Dupras, chercheur et bassiste des Cowboys Fringants, cherchait des espaces pour planter des arbres afin de soutenir la santé des écosystèmes et de lutter contre les changements climatiques.

Les terres agricoles, évaluées à 6,3 millions d'hectares, soit 5 % de la superficie du Québec, sont apparues comme une occasion pour les chercheurs.

« Si on regarde un petit peu l'historique, il y a quelques décennies, c'était des zones de pâturage pour des fermes laitières, des fermes animales, mais il y a eu une conversion du territoire, et aujourd'hui on fait pousser principalement du grain. »

— Une citation de  Jérôme Dupras, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique

Les zones près des cours d'eau où il y a de fortes pentes, les lieux étroits où les machines agricoles ne peuvent pas circuler, les sols qui sont trop rocailleux, les parcelles forestières, les espaces laissés en friche où l'agriculture n'est pas possible sont autant d'endroits où des arbres peuvent être plantés afin de capter le carbone et d'augmenter la biodiversité.

Mais les membres du projet « Demain la forêt » ne veulent pas planter n'importe quel type d'arbre n'importe où et le financement de 4,5 millions de dollars servira justement à étudier les caractéristiques et les comportements de différents arbres et végétaux sur différents sols et de recueillir des données. Le but est de maximiser le captage du carbone, selon le type de sol et de végétation.

Créer un livre de recettes écologiques

Notre projet, c'est un peu comme la création d'un livre de recettes, parce qu'on ne veut pas planter des arbres en monoculture. On veut dire à l'agriculteur qui aimerait faire un puits de carbone : voici la meilleure stratégie de verdissement pour maximiser le carbone, a expliqué Jérôme Dupras.

Celui qui est professeur au Département des sciences naturelles de l'Université du Québec en Outaouais et chercheur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée veut arriver à créer, d'ici trois ans, un livre de recettes écologiques.

L'agriculteur qui plantera des végétaux sur ces terres, dans les endroits où il ne peut faire de l'agriculture, verra ses efforts de captage de carbone récompensés par l'émission de crédits, qu'il pourra ensuite vendre à des entreprises désirant compenser leurs émissions de CO2.

Le projet « Demain la forêt », qui est chapeauté par Jour de la Terre Canada, compte planter 300 000 arbres sur différents territoires agricoles de la province.

L'annonce, à laquelle le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, et le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne, ont participé, a eu lieu à Laval, dans la forêt du 50e.

Cette forêt de 10 000 arbres a été créée en 2015 par différentes organisations, dont la Fondation des Cowboys Fringants, pour souligner les 50 ans de la ville.

L'endroit, qui a déjà été un dépotoir, compte maintenant cinq écosystèmes forestiers, ainsi qu'une panoplie de papillons, d'oiseaux, de bourdons, d'abeilles et d'autres insectes pollinisateurs, selon l'équipe de CANOPÉE, l'organisme qui gère cette forêt.

À propos du projet pilote, le ministre Charette a indiqué qu'il permettra d'étudier la contribution possible de diverses solutions fondées sur la nature à l'atteinte des objectifs d'atténuation des changements climatiques et d'adaptation à leurs impacts, au Québec, et de déterminer quelles pratiques devraient être priorisées.

Son collègue André Lamontagne a ajouté que le projet est en parfaite cohérence avec les efforts du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation en matière de lutte contre les changements climatiques, en plus d'être en harmonie avec le Plan d'agriculture durable 2020-2030, qui vise à doubler les superficies agricoles aménagées favorables à la biodiversité.

L'aide financière provient du plan de mise en œuvre du Plan pour une économie verte 2030.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !