•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La question des « faux comptes » bloque le rachat de Twitter, selon Elon Musk

Elon Musk, vêtu d'un complet, se retourne vers l'appareil photo.

Elon Musk avance qu'il reste des éléments à éclaircir avant qu'il ne soit disposé à racheter Twitter.

Photo : Getty Images / Dimitrios Kambouris

Agence France-Presse

Le multimilliardaire Elon Musk a déclaré mardi qu'il restait « quelques problèmes non résolus » dans son projet de rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars américains (57 milliards de dollars canadiens), notamment la question « très importante » du nombre de faux profils d'utilisateurs et d'utilisatrices sur le réseau social.

Il reste quelques problèmes non résolus, a déclaré Elon Musk pendant le Qatar Economic Forum à Doha, où il est apparu en visioconférence, mais n'a pas souhaité trop s'étendre sur le sujet « épineux » du rachat de Twitter.

Selon lui, le réseau social estime le nombre de faux comptes à moins de 5 % des utilisatrices et utilisateurs actifs quotidiens, ce que l'entrepreneur met en doute.

Nous attendons toujours un règlement sur cette question qui est très importante, a martelé le patron de Tesla et de SpaceX, alors que Twitter a finalement accepté, au début de juin, de lui fournir les informations nécessaires sur ce sujet.

Il a ajouté que la dette de Twitter et le vote favorable des actionnaires faisaient également partie des points à résoudre.

Le logo de Twitter sur un écran à la Bourse de New York.

Le patron de Tesla, Elon Musk, a proposé à la mi-avril d'acheter l'intégralité du groupe Twitter et de retirer l'entreprise de la Bourse de New York.

Photo : AP / Richard Drew

Twitter, selon Elon Musk

Elon Musk souhaite que 80 % de la population nord-américaine et la moitié du monde rejoignent le réseau social, et il reconnaît qu'il ne faut donc pas que ce soit un espace dans lequel les gens se sentent mal à l'aise ou harcelés.

C'est là qu'entre en jeu sa conception de la liberté d'expression, qui est différente de l'accès libre aux contenus, selon lui.

« L'approche de Twitter devrait être de laisser les gens dire ce qu'ils veulent dans les limites de la loi et de limiter qui voit quoi selon les préférences des utilisateurs et des utilisatrices.  »

— Une citation de  Elon Musk

Si son projet de rachat aboutit, Elon Musk souhaite piloter le produit Twitter, comme il le fait pour Tesla et SpaceX, sans nécessairement avoir le titre de PDG.

Elon Musk, lors d'un rassemblement, avec un chapeau de cowboy et des lunettes fumées, les mains en l'air.

Elon Musk utilise Twitter pour faire connaître son opinion depuis plusieurs années.

Photo : afp via getty images / SUZANNE CORDEIRO

Réduction de personnel pour Tesla

Le multimilliardaire a également donné des précisions sur les chiffres publiés dans les médias au début de juin sur une possible baisse d'effectifs pour Tesla, annonçant que le nombre de personnes qui y travaillent devrait diminuer d'environ 3,5 % dans les trois prochains mois avant de recommencer à augmenter dans un an.

À propos de l'élection présidentielle américaine de 2024, l'entrepreneur a indiqué qu'il n'avait pas décidé qui soutenir, mais qu'il pensait investir entre 20 et 25 millions de dollars américains (26 à 32 millions de dollars canadiens) dans la campagne du candidat ou de la candidate de son choix.

Elon Musk a précédemment dit qu'il penchait pour le gouverneur républicain ultraconservateur de Floride, Ron DeSantis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !