•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec se prépare pour une nouvelle vague de vaccination

Une cinquième dose pourrait être offerte à certaines personnes dès la fin de l'été.

La main d'une personne avec un vaccin.

Une nouvelle campagne de vaccination contre la COVID-19 est en préparation en vue d'une recrudescence du coronavirus cet automne.

Photo : iStock

Radio-Canada

Alors que les mesures sanitaires ont presque toutes disparu, Québec fourbit ses armes au cas où la COVID-19 serait de retour en force cet automne. Deux nouveaux avis du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) viennent d'être publiés, et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) soutient qu'il « se prépare en conséquence ».

Dans un communiqué transmis lundi après-midi, le MSSS affirme qu'il prend acte des deux nouveaux avis, dont un, daté du 8 juin, recommande de prévoir une nouvelle vague de vaccination dès la fin de l'été 2022 en vue de l'automne.

Cette campagne viserait cette fois les personnes de 60 ans et plus; les personnes de 5 ans et plus immunosupprimées, dialysées ou vivant avec une maladie chronique; les travailleurs de la santé; les femmes enceintes; et les adultes vivant en région isolée.

Cette vaccination est recommandée, écrit le CIQ, même si les personnes ont déjà reçu une ou deux doses de rappel au printemps 2022, tout en respectant un intervalle minimal de 3 mois après la dernière dose ou après une infection au SRAS-CoV-2 confirmée.

Comme de nombreux Québécois auront déjà reçu une ou deux doses de rappel d'ici là, il s'agira donc, pour ceux qui se prêteront à l'exercice, d'une quatrième dose, voire d'une cinquième, depuis le début de la campagne de vaccination du gouvernement du Québec, entamée à la fin de 2020.

Un changement de paradigme

Ces termes – quatrième dose, cinquième dose – ne sont toutefois pas utilisés dans les documents du CIQ qui, dans son second avis daté du 9 juin, propose plutôt de définir ce qui constitue une vaccination de base contre la COVID-19 et de consolider celle-ci par des campagnes périodiques de vaccination.

Ainsi, pour les personnes adultes sans antécédent d'infection, la primovaccination de deux doses, suivi d'une dose de rappel, constitue la vaccination de base contre la COVID-19, écrit le CIQ. Il précise que le nombre de doses nécessaires varie selon l'âge, les antécédents médicaux et les antécédents d'infection confirmée au SRAS-CoV-2.

Les doses subséquentes viseront à restaurer l'immunité qui peut décroître au fil du temps, explique-t-il, et ces doses seront offertes principalement en fonction des campagnes périodiques de vaccination, plutôt qu'en fonction du nombre de doses antérieures reçues ou d'un antécédent d'infection, ajoute-t-il.

Si une personne a reçu les doses recommandées pour sa vaccination de base contre la COVID-19, elle recevrait une dose de rappel additionnelle seulement si elle fait partie d'un des groupes visés par une campagne de consolidation de l'immunité, cite en exemple le CIQ.

Le scénario pourrait encore changer

Comme il demeure plusieurs incertitudes quant à l'évolution de la circulation des virus de l'influenza et de la COVID-19 au cours des prochains mois et de l'efficacité ou de la disponibilité des vaccins, les recommandations du CIQ pourraient être mises à jour au cours de l'été, souligne le MSSS dans son communiqué.

De plus, la disponibilité éventuelle d'un vaccin adapté au variant Omicron pourrait impliquer une révision de la stratégie de vaccination de l'automne, écrit le ministère, qui rappelle que l'offre d'une vaccination de base, accessible sur le portail Clic Santé, demeure en cours pour l'ensemble des Québécois.

Pfizer-BioNTech et Moderna travaillent actuellement à développer un vaccin anti-COVID plus efficace contre le variant Omicron, qui s'est révélé particulièrement contagieux depuis sa détection en Afrique du Sud, à la fin de 2021.

En attendant, une quatrième dose de vaccin « ordinaire » est offerte depuis le début du mois de mai à tous les Québécois âgés de 18 ans et plus ainsi qu'aux personnes immunosupprimées ou dialysées de 12 ans et plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !