•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Chénard remis en liberté

Patrick Chénard portant un masque marche dans un corridor du palais de justice de Rimouski.

Patrick Chénard au palais de justice de Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

L’ancien massothérapeute de Rimouski Patrick Chénard, reconnu coupable d'agressions sexuelles en janvier 2022, a été remis en liberté le 15 juin. Il le restera jusqu’à la décision sur sa peine qui sera prononcée le 15 juillet.

La Cour d’appel annule ainsi une décision rendue en première instance le 30 mai dernier qui ordonnait l’incarcération immédiate de Patrick Chénard.

Dans sa requête auprès de la Cour d’appel, l’homme de Rimouski demandait sa remise en liberté pendant l'appel ou jusqu'à la décision sur la peine en première instance. C’est donc la deuxième option qui a été retenue par la Cour d’appel.

D’ici là, le tribunal impose des conditions de liberté strictes à M. Chénard. Il doit notamment s’abstenir de pratiquer des activités bénévoles ou rémunérées de massothérapie et de kinésiologie. Il lui est aussi interdit de communiquer avec les victimes et de se trouver à moins de 100 mètres de leurs lieux de résidence ou de travail.

Selon l’une des victimes, c'est un pas en arrière. Elle l'explique de cette manière : Après son incarcération, j’avais un énorme sentiment de légèreté, j’étais soulagée. Enfin justice avait été rendue après toutes ces années. D’apprendre sa remise en liberté a été une grosse déception, je retrouve ce poids sur mes épaules. Un poids que je devrai encore porter plusieurs mois, voire des années. Je commence sincèrement à perdre confiance en notre système de justice, c’est une souffrance interminable pour les victimes. 

Le procureur de la Couronne, Me Normand Morneau-Deschênes, dit étudier la décision et les recours possibles.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.