•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les retraités, une partie de la solution à la pénurie de main-d’œuvre à Edmundston

Chargement de l’image

Maryse Clavet a quitté la retraite pour travailler à temps partiel dans un gîte touristique et est maintenant adjointe administrative. Elle a trouvé ces emplois par l'intermédiaire de l'Agence Emploi Retraite d'Edmundston.

Photo : Gracieuseté - Maryse Clavet

Radio-Canada

De plus en plus de retraités souhaitent occuper un emploi à temps partiel, au grand bonheur des entreprises locales qui composent avec une pénurie importante de personnel. À Edmundston, au Nouveau-Brunswick, un projet pilote jumelle des retraités désirant prêter main-forte à des employeurs de la région.

Maryse Clavet a pris sa retraite il y a un an, après une carrière de 32 ans avec UNI Coopérative financière à Edmundston. La femme de 52 ans a occupé différents postes tels que caissière, gestion administrative et ressources humaines.

Mais déjà, l’appel du travail se fait sentir. Elle a donc décidé de travailler à temps partiel dans un gîte touristique pour occuper son temps libre.

Je suis encore jeune, je suis capable de travailler. Il y a un tel manque de travailleurs dans la région, je ne peux pas rester chez moi alors qu’il y a des gens qui ont besoin de moi, explique-t-elle.

Maryse Clavet a trouvé cet emploi grâce à un projet pilote initié par Travail NB et la Chambre de commerce de la région d’Edmundston. Elle occupe maintenant un deuxième emploi comme adjointe administrative pour l’Agence Emploi Retraite.

Plus d'emplois que de travailleurs

L’Agence Emploi Retraite a été mise sur pied en 2021 pour combler un besoin grandissant de main-d'œuvre dans la région.

Environ 80 retraités et plus de 100 employeurs se sont inscrits au programme, à ce jour. Il y a donc plus d’emplois disponibles que de travailleurs qualifiés.

Chargement de l’image

Marco Ruest, qui dirige l'Agence Emploi Retraite, dit que de nombreux retraités souhaitent travailler à temps partiel pour les contacts sociaux.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Silberman

Marco Ruest, agent de jumelage qui gère cette agence d’emploi, affirme que les emplois sont très variés, allant de postes à l’hôpital à ceux dans le commerce de détail, en passant par les garages, les terrains de golf et les centres de loisirs.

Nous approchons les employeurs pour leur vendre l’idée d’embaucher des personnes de plus de 50 ans qui ont pris leur retraite, dans une perspective d’économie sur la formation. Ces personnes peuvent les aider à développer leurs entreprises, du moins jusqu’à ce qu’ils aient besoin d’un employé à temps plein, explique-t-il.

Des employés modèles

Le copropriétaire d’Excel Promo Plus à Edmundston, Charles Desroches, a embauché deux comptables grâce à ce programme et prévoit embaucher une troisième personne à la retraite.

Leurs horaires sont flexibles, donc nous sommes en mesure de les accommoder et ils sont prêts à nous donner ce dont nous avons besoin, dit-il. Ils sont fiables et ils sont très rigoureux!

Chargement de l’image

Charles Desroches a embauché deux retraités pour travailler comme comptables à temps partiel dans ses imprimeries d'Edmundston. Il prévoit en embaucher une troisième.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Silberman

Selon Marco Ruest, ces retraités veulent gagner un revenu supplémentaire, en raison de l’inflation qui augmente, mais recherchent aussi les contacts sociaux.

Ils arrivent dans votre magasin avec leurs expériences de vie. Ils peuvent donner des conseils. Ils sont vraiment bien accueillis par les entreprises, soutient-il.

Faire partie de la solution

La directrice générale de la Chambre de commerce de la région d’Edmundston, Cathy Pelletier, affirme que les entrepreneurs doivent constamment demander à leurs employés de faire des heures supplémentaires.

D’autres ont été contraints de réduire leurs heures d’ouverture ou de se tourner vers l’immigration.

Chargement de l’image

Cathy Pelletier, directrice générale de la Chambre de commerce d'Edmundston

Photo : Radio-Canada / Alexandre Silberman

Selon elle, l’Agence Emploi Retraite a permis de pourvoir entre 35 % et 40 % des postes vacants chez les employeurs inscrits au programme.

C’est une façon positive de pallier le manque d’employés dans la région. Nous ne réglons pas le problème, mais cela fait partie de la solution, lance-t-elle.

Ce programme pourrait éventuellement être offert dans d’autres régions du Nouveau-Brunswick.

D’après le reportage d’Alexandre Silberman de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !