•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque d’éducatrices : cri du cœur d’un CPE de la Baie-des-Chaleurs

Un enfant avec un panier sur la tête

Le CPE Aux Joyeux Marmots doit refuser un groupe d'enfants à son installation de Carleton-sur-Mer durant tout l'été (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Centre de la petite enfance (CPE) Aux Joyeux Marmots à Carleton-sur-Mer doit refuser un groupe, qui aurait accueilli huit enfants, à compter du 27 juin, faute d'éducatrice pour s'en occuper.

Cette situation touche huit enfants de 18 mois et plus. Une lettre a été envoyée samedi aux parents pour les prévenir de la situation.

La directrice générale, Karine Pelland, est particulièrement amère : son CPE s'agrandit, mais en raison du manque de main-d'œuvre, elle ne peut ouvrir toutes les places que le ministère de la Famille lui a attribuées.

Elle se décourage de plus en plus devant cette condition qu'elle qualifie de précaire.

On est dans une situation pas facile. Dans un contexte où il manque de place en garderie [dans la région], nous sommes obligés de dire aux parents que, malgré le fait qu’il pourrait y avoir des places, il manque de la main-d'œuvre pour les opérer, déplore-t-elle.

« De vivre une période d’expansion en pleine pénurie de main-d'œuvre, malheureusement, ça fait en sorte que ce n'est pas facile. »

— Une citation de  Karine Pelland, directrice générale du CPE Aux Joyeux Marmots

Le recrutement est particulièrement ardu, selon elle.

Je ne sais plus quel mot utiliser… C’est quasi impossible. Ça fait des mois qu’on est à la recherche de personnel, mais qu’on n’arrive pas à recruter. Et je sais que c’est difficile partout, raconte-t-elle.

Le CPE Aux Joyeux Marmots a été obligé de proposer aux parents concernés qu'ils organisent entre eux un service de garde durant la période estivale.

C’est important que les parents sachent qu’on travaille d’arrache-pied pour trouver des solutions, pour trouver de la main-d'œuvre, et tenter de minimiser les impacts, assure-t-elle.

Le groupe devrait pouvoir accueillir à nouveau les enfants au mois d'août.

Le CPE compte normalement 52 places.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !