•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Craintes d’un nouveau glissement de terrain : Saguenay demande l’état d’urgence

Image du glissement de terrain survenu à La Baie.

Vue aérienne du glissement de terrain survenu à La Baie lundi dernier.

Photo : Radio-Canada

Le secteur de La Baie exposé au risque d'un nouveau glissement de terrain compte maintenant 187 personnes évacuées. La crainte d'un autre mouvement du sol force la Ville de Saguenay à réclamer que Québec décrète l’état d’urgence pour faire face à la situation.

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, et la ministre responsable de la région, Andrée Laforest, ont fait le point en fin d'avant-midi au lendemain d'un ordre d'évacuation qui a forcé les occupants de 53 résidences additionnelles à quitter le secteur où une maison a été emportée lundi.

Ces évacuations s’ajoutent aux 24 résidences qui avaient déjà été évacuées. Plus tôt en avant-midi, les autorités ont rencontré les sinistrés au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

La mairesse Dufour a indiqué que Saguenay avait déposé une demande auprès de Québec afin que l’état d’urgence soit décrété dans le périmètre visé par l’évacuation.

Image du glissement de terrain survenu à La Baie.

Au total, 187 personnes sont maintenant évacuées du secteur de La Baie où un glissement de terrain est survenu lundi dernier.

Photo : Radio-Canada

Des rencontres ont eu lieu à 10 h dimanche matin entre des représentants du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, du ministère des Transports et du ministère de la Sécurité publique, a indiqué la ministre Andrée Laforest, qui est également ministre des Affaires municipales.

« Ça va donner la possibilité à la Ville de Saguenay de prendre des décisions, considérant que oui, c’est un état d’urgence, mais heureusement, tout le monde est en vie. »

— Une citation de  Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales

Il revient à la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, de signer un décret de déclaration de l’état d’urgence, a précisé la ministre Laforest.

En après-midi, le nombre de personnes évacuées s'élevait à 187 personnes, a précisé la mairesse de Saguenay en entrevue à RDI. Les autorités n'avaient toujours pas réussi à joindre deux familles peu après 16 h.

Une carte indique où est survenu le glissement de terrain à La Baie.

Le périmètre visé par l'avis d'évacuation se trouve dans le secteur des 8e et 9e Avenues à La Baie.

Photo : Radio-Canada

« Mouvement de sol imminent »

La mairesse Julie Dufour a tenu à rassurer la population alors que les autorités ont affirmé samedi soir que l’état du sol à cet endroit était comparable à celui qui a causé le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney en 1971, qui avait coûté la vie à 31 personnes.

« Il faut faire attention. Ce n’est pas la grosseur du glissement de terrain, on ne peut le comparer que seulement en termes de géologie. On peut parler du même système, mais il ne faut pas effrayer non plus les gens. »

— Une citation de  Julie Dufour, mairesse de Saguenay
Une pelle mécanique entasse du sable déversé par des camions.

Saguenay mène des travaux sur la 6e Rue à La Baie afin d'aménager une digue à la suite de l'évacuation de 53 résidences supplémentaires ordonnée samedi.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

À l’heure actuelle, c’est un risque de mouvement de sol imminent, donc c’est sûr et certain que tout pourrait se produire, mais notre priorité, c’était d’évacuer le plus rapidement possible, a quant à lui prévenu Carol Girard, directeur du Service de sécurité incendie de Saguenay.

La ministre Laforest a précisé que 30 logements de l’Office municipal d’habitation de Saguenay ont été libérés dans les secteurs de La Baie, de Chicoutimi et de Saint-Félix-d’Otis afin d’héberger les sinistrés. Le député de Dubuc, François Tremblay, était également présent lors du point de presse.

Toutes les options sont envisagées

Les évacuations seront en vigueur pendant des semaines, voire des mois, ont répété les autorités. La mairesse Julie Dufour n’a pas exclu que certains des sinistrés puissent ne jamais réintégrer leur domicile.

À l’heure actuelle, vous comprendrez qu’il y a une contre-expertise, il y a d’autres expertises qui s’en viennent, a-t-elle indiqué. Est-ce qu’il y a des maisons qui pourraient être là avec des travaux de stabilisation, des maisons qui vont pouvoir être là sans stabilisation? Tout est possible.

Julie Dufour et Andrée Laforest.

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, a tenu un point de presse en compagnie de représentants des autorités municipales et provinciales au sujet des 53 évacuations additionnelles à La Baie.

Photo : Radio-Canada

Le directeur du Service de sécurité incendie a souligné que la priorité des autorités municipales consiste à appuyer les sinistrés et à assurer leur sécurité.

Notre priorité, c’est de protéger notre population, de rassurer nos gens, a indiqué Carol Girard. Notre priorité, c’est de protéger notre population, de rassurer nos gens. C’est sûr que nos gens sont excessivement anxieux, c’est très évident. Tout est mis en œuvre pour faire l’expertise la plus précise possible, pour voir vers où on s’en va avec ça, quel est l’état de la situation, quelles seront les options possibles.

Il a soutenu que le mouvement du sol n'est pas nécessairement lié aux fortes pluies reçues ces derniers jours et au cours des dernières semaines. La résidence emportée lundi dernier fait partie des trois maisons évacuées en avril en raison de fissures détectées dans le talus.

Il y a vraiment une problématique de terrain qu’on est en train d’analyser, mais ce n’est pas nécessairement relié à la température qu’on a, a-t-il indiqué.

Des travaux sont en cours afin d'aménager une digue dans le secteur. La digue permettra de limiter le nombre de résidences touchées, a-t-il avancé, en entrevue.

« Si on ne construit pas cette digue-là, on va être obligés encore d’étendre le rayon d’évacuation beaucoup plus grand que ça. On parle de secteurs commerciaux. Donc, on essaie d’éviter le pire, à ce moment-là, avec ça. Mais si jamais on avait d’autres indications que ça pourrait être majeur et que ça ne ferait pas le travail, on prendrait les actions nécessaires. »

— Une citation de  Carol Girard, directeur du Service de sécurité incendie de Saguenay

Évaluation de l’indemnisation des sinistrés

L'indemnisation des sinistrés a également fait partie des discussions entre les autorités provinciales dimanche matin, a précisé la ministre Laforest.

Des sinistrés s’inquiètent des indemnités qu’ils pourraient obtenir s’ils sont forcés de déménager alors que la valeur marchande des résidences a considérablement augmenté au cours des deux dernières années par rapport à l’évaluation municipale.

Deux personnes examinent les dégâts causés par le glissement de terrain.

Des employés de la firme Englobe ont réalisé des analyses de terrain dans le secteur la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

C’est sûr qu’on vit quand même une situation particulière pour ce qui est des prix des propriétés. Maintenant, ça a été discuté aussi avec ma collègue Geneviève Guilbault. Le fait de signer l’état d’urgence va permettre d’analyser la situation, a fait valoir la ministre Laforest.

Les sinistrés ont accès aux programmes en vigueur, qui prévoient une aide de 20 $ par jour et une compensation maximale de 260 000 $ pour une maison et pour un terrain.

Une équipe spécialisée en aménagement du territoire du ministère des Affaires municipales et de l'Aménagement du territoire se rendra également à La Baie au début de la semaine, a précisé la ministre Laforest.

Avec les informations de Philippe L'Heureux, de Flavie Villeneuve et d'Andréanne Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !