•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première saison dans les livres pour les Capital Rebels d’Ottawa

Chargement de l’image

Les Capital Rebels d'Ottawa ont affronté le Blitz de Montréal quatre fois au cours de la première saison de l'histoire de la franchise.

Photo : Instagram : violettepixel

Chargement de l’image

Saviez-vous que la capitale fédérale a désormais une équipe de football féminin avec contact ?

Les Capital Rebels d'Ottawa ont vu le jour en 2020, mais ont seulement disputé leurs premières parties cet été en raison de la pandémie de COVID-19.

Les joueuses de la formation ottavienne viennent tout juste de conclure leur quatrième et dernier match de cette première saison dans la Ligue centrale canadienne de football féminin (LCCFF).

Sans matchs, on perdait l'objectif de vue, alors d'avoir eu cette saison, ça fait vraiment du bien, confie Laurie Verreault, une joueuse des Capital Rebels.

Pour ses débuts, la LCCFF ne regroupaient que trois équipes : le Blitz de Montréal, le Phoenix de Québec et les Capital Rebels d'Ottawa. En raison d'un nombre de joueuses limité à Québec et Ottawa, les matchs se disputaient à neuf contre neuf sur un terrain dont la largeur avait été réduite à 50 verges.

La majorité des filles jouent plusieurs positions défensivement et offensivement, donc c'est un gros défi. Ça a été une saison courte, mais une grosse saison d'apprentissage pour les joueuses et les entraîneurs, explique Sonia Rodi, l'entraîneuse-cheffe et fondatrice des Capital Rebels.

Chargement de l’image

Une partie entre les Capital Rebels d'Ottawa et le Blitz de Montréal (archives).

Photo : Instagram : violettepixel

Puisque la plupart des athlètes de l'équipe n'avait jamais joué au football auparavant, l'accent n'a pas été mis sur les résultats cette saison. Le groupe d'entraîneurs a d'abord voulu transmettre la piqûre du football aux joueuses, même si certaines l'avaient déjà.

J'ai commencé à jouer au football à huit ans avec mes voisins. J'essayais de convaincre mes parents de me laisser jouer avec les garçons. C'est un rêve pour moi d'avoir une équipe pour les femmes, raconte Katrina Paiement, l'une des pionnières des Capital Rebels.

Je faisais beaucoup de soccer avant et là, je veux me consacrer au football, donc tant que l'équipe va être là, je risque d'être présente également, assure Laurie Verreault.

La saison 2023 s'annonce déjà un peu plus longue, puisque la LCCFF souhaite prendre de l'expansion dès que possible.

On souhaite que ça arrive dans un horizon de deux ans. On est en discussions avec des gens de Toronto et de Trois-Rivières pour ajouter deux autres équipes, confirme la commissaire de la ligue, Andréanne Dupont-Parent.

Certaines joueuses de la LCCFF représenteront le Canada au Championnat du monde de football féminin qui aura lieu à Vantaa, en Finlande, du 28 juillet au 8 août. Elles espèrent que cette compétition donnera plus de visibilité à leur sport afin de faciliter le recrutement des équipes pour les prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !