•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles évacuations à La Baie : plusieurs personnes évacuées sous le choc

Des personnes dans une salle.

Dimanche matin, les autorités ont rencontré les personnes évacuées au Théâtre du Palais municipal à La Baie.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

De nombreuses personnes qui ont dû évacuer d'urgence leur résidence à La Baie samedi soir sont sous le choc. Plus de 70 familles qui vivent dans le secteur où un glissement de terrain a emporté une maison lundi se retrouvent sans logis.

Saguenay a ordonné l’évacuation de 53 résidences additionnelles samedi soir après avoir reçu les recommandations du ministère des Transports et de la firme Englobe, qui ont effectué des forages et des analyses plus tôt cette semaine.

Les personnes concernées avaient jusqu’à dimanche matin à 7 h pour évacuer leurs résidences et pour quitter les lieux en apportant avec eux le plus de biens possible. Les 7e, 8e et 9e Avenues ainsi que la 6e Rue font partie du périmètre établi.

L’évacuation pourrait durer plusieurs semaines, voire des mois, ont prévenu les autorités municipales samedi lors d’un point de presse organisé vers 21 h. Elles craignent qu’un nouveau glissement de terrain se produise dans le secteur.

Une carte indique où le glissement de terrain est survenu à La Baie.

Le périmètre visé par l'avis d'évacuation se trouve dans le secteur de la 8e Avenue et de la 9e Avenue à La Baie.

Photo : Radio-Canada

Les conditions du sol à cet endroit sont comparables à celles à l'origine du glissement de terrain qui a coûté la vie à plusieurs personnes en 1971 et qui avait emporté une partie de la municipalité de Saint-Jean-Vianney.

Le mouvement pourrait se produire « rapidement » et être « massif », a indiqué le président de l'arrondissement de La ABaie, Raynald Simard, qui est également conseiller municipal du secteur touché et qui a été urbaniste pour l'ancienne municipalité de La Baie.

« Ils ont découvert, avec la nouvelle technologie d’aujourd’hui, que le sol en dessous de l’argile était friable et qu’il y avait un danger de mouvement rotationnel. »

— Une citation de  Raynald Simard, président de l'arrondissement de La Baie

Vingt-quatre résidences avaient déjà été évacuées dans le secteur où un décrochement de talus était survenu dans le secteur des 8e et 9e Avenues lundi soir. Au total, 76 familles sont touchées, a indiqué la mairesse de Saguenay, Julie Dufour.

Plusieurs personnes ont reçu l’ordre d’évacuation vers 22 h ou encore à 22 h 30.

On dirait que ce n’est pas réel. Je n'arrêtais pas de dire aux pompiers de s’en aller, que je ne déménagerais pas, mais il paraît qu’il faut que je m’en aille, a raconté une personne évacuée, Yolande Tremblay, pendant qu’elle ramassait ses effets personnels samedi soir.

« C’est difficile de tout quitter rapidement sans savoir où aller, sans savoir où je vais aller après. Je n'irai pas rester chez ma sœur pendant un an ou deux mois, trois mois. C’est difficile. J’ai 66 ans et je ne pensais jamais que ça m’arriverait. »

— Une citation de  Yolande Tremblay, résidente évacuée
Une femme dans sa maison.

Yolande Tremblay fait partie des personnes évacuées. Elle a ramassé ses effets personnels samedi soir après avoir reçu l'ordre d'évacuer sa maison d'urgence.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

D’autres personnes rencontrées dimanche matin se disaient surprises d’avoir dû quitter si vite leur demeure. Honnêtement, je ne m’y attendais pas du tout, a indiqué un résident.

Cet homme qui demeure non loin de la résidence emportée lundi n’avait pas eu conscience du glissement de terrain le soir où celui-ci s'est produit.

À ce moment-là, j’étais dans le sous-sol chez nous. J'ai même pas entendu, zéro vibration, a-t-il ajouté.

Un choc à absorber

Des résidents absorbaient toujours le choc de leur évacuation en après-midi.

« Ça me fait de quoi pareil. J’ai l’air fort, mais attends un peu, c’est quand même un investissement. Mon fils est né là-dedans, dans cette maison-là. Hier, j’ai pris un bon deux, trois heures. Je me suis promené, je me suis assis dans chaque pièce, chaque chambre. »

— Une citation de  Un résident évacué

Une autre résidente évacuée tentait de se consoler dans les circonstances. On n'est pas dans la rue, je suis chez ma sœur. Il y en a qui sont pires que moi, j’imagine. Il y a un monsieur qui disait qu’il n’avait même pas de place où aller coucher ce soir. Ses animaux sont dans son auto, ça fait depuis hier soir, a raconté une femme.

Une rue barrée.

Le secteur concerné par l'avis d'évacuation à La Baie est fermé à la circulation.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

La situation était plus compliquée pour une autre dame évacuée qui tentait toujours de trouver un hébergement pour sa mère dimanche après-midi.

Nous, ça fait déjà une semaine qu’on est évacués, alors on a eu les trois jours de la Croix-Rouge, on attend toujours de l’hébergement, c’est un peu plus compliqué, parce que ma mère est à mobilité réduite, on ne trouve pas ça rapidement. Mais en attendant, ils sont à l’hôtel. Nous, on est chez de la famille, a-t-elle fait savoir.

L'emplacement d'un glissement de terrain derrière une maison.

La scène du glissement de terrain telle qu'elle était jeudi, trois jours après le décrochage du talus.

Photo : Gracieuseté Jonathan Ouellette

Les événements rappellent de mauvais souvenirs à plusieurs personnes du secteur alors que La Baie avait été durement frappée par les inondations du Saguenay en 1996, a indiqué le député du secteur, François Tremblay.

« On a des références ici avec Saint-Jean-Vianney, dans les années 1970. Il y a eu le déluge aussi. Mais je pense qu’il faut quand même aussi être rassurant. La Ville est sur le terrain, présentement. Il y a un déploiement, il y a des analyses qui se font. »

— Une citation de  François Tremblay, député de Dubuc

Accompagner les résidents évacués

Les autorités sont à pied d’œuvre afin de soutenir les résidents évacués, a assuré la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, en entrevue dimanche matin.

Le Centre des sports Jean-Claude Tremblay a été converti samedi soir en centre d’hébergement d’urgence afin d’accueillir les résidents évacués qui voulaient y passer la nuit.

« La priorité no 1 de cette Ville, c’est de les accompagner. Ce matin, on va les rencontrer, et il n’y a personne qui va être laissé seul. On comprend d’autant plus, dans le contexte actuel du taux d'inoccupation de nos logements, qui est extrêmement bas, [que] c’est extrêmement difficile de loger tout le monde, mais on les accompagne. »

— Une citation de  Julie Dufour, mairesse de Saguenay
Trois personnes sont assises à une table.

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, et des représentants du Service de sécurité incendie de Saguenay rencontrent les résidents évacués ce matin.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Est-ce qu’il y a des gens qui vont préférer aller au camping ou au chalet? Quand on va avoir le nombre de gens qui ont besoin de logements, c’est là [qu'on va le savoir]. Mais on est déjà sur le travail, a indiqué Mme Dufour.

C'est dramatique, a pour sa part laissé tomber Raynald Simard, président de l'arrondissement de La Baie.

Ça change un milieu de vie, comme on dit. Mais l’important, pour l’instant, c’est de rendre ces gens-là en sécurité, dans un endroit en sécurité, et de rendre l’endroit, surtout, vivable. Parce que là, on voit le mouvement qu’il y a alentour, a-t-il indiqué.

Rencontre avec les résidents évacués

Les autorités municipales tiendront un point de presse prévu à midi à la suite d'une rencontre avec les résidents évacués, qui débutait à 10 h au Théâtre du Palais municipal, à La Baie.

Les résidents évacués qui n'ont pas encore été joints sont invités à contacter les autorités municipales au 418 699-6000 pour obtenir du soutien.

La Croix-Rouge se trouve également à La Baie afin de venir en aide aux résidents évacués.

Le périmètre est surveillé en permanence. Les 8e et 9e Avenues sont complètement fermées à la circulation, de même qu'une partie l'avenue du Parc, afin de permettre la construction de digues de protection en bas du talus.

Deux employés municipaux à côté d'un camion et d'une grue.

Des travaux ont cours dans le secteur visé par l'évacuation.

Photo : Radio-Canada

D'autres entraves pourraient s'ajouter, selon les travaux qui seront effectués en journée. L'avenue du Port est fermée entre la rue Joseph-Gagné et la 6e Rue pour permettre la construction de digues de protection dans le bas du talus.

Saguenay rappelle aux citoyens de ne pas s'approcher du périmètre de sécurité.

Selon l'ingénieur Mohammad Hosseini, expert en gestion des sols, des précautions devraient être prises dans les zones sensibles aux glissements de terrain.

Il faut établir un comité d’experts pour agir, pour que ce genre de glissement de terrain ne se produise plus. [Au moins], qu’on ne donne pas de permis pour construire dans les zones propices aux glissements de terrain, a-t-il affirmé.

Le Téléjournal Saguenay–Lac-Saint-Jean sera diffusé en direct de La Baie ce soir à 18 h.

Avec les informations de Philippe L’Heureux, d'Andréanne Larouche et de Flavie Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !