•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ces jeunes-là ont besoin d’être en sécurité » : un premier gala pour Fierté Dieppe

Une personne est debout sur scène dans un amphithéâtre sans spectateurs, lors d'une séance de répétition. On voit derrière un écran géant d'un enregistrement d'une personne qui danse.

Répétitions quelques heures avant le gala Eleganza, samedi au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, le comité Fierté Dieppe présentait samedi son tout premier événement.

Le gala de drag Eleganza a mis en vedette 11 artistes de drag du Nouveau-Brunswick, ainsi que Juice Boxx, qui a participé à la compétition télévisée Canada's Drag Race, la version canadienne de la série créée aux États-Unis par RuPaul.

Musique, comédie, danse et lip sync étaient au programme au Centre des arts et de la culture de Dieppe, en plus d’un afterparty couru.

Colin Babineau, agent de communication chez Fierté Dieppe Pride, souligne que le comité, qui n’a été formé qu’en décembre dernier, a fait preuve d'audace en mettant sur pied un tel événement pour la première fois.

À quelques heures du gala, il se réjouissait de voir le chemin parcouru. Au début, on n'était pas certains comment ça allait se dérouler. On n’était pas certains si on allait vendre 10 billets, si on allait vendre 100 billets, explique-t-il.

Le gala affichait complet, samedi. Les 200 billets ont trouvé preneur. Ça nous a fait chaud au cœur de savoir que tous les billets sont vendus, a mentionné Colin Babineau.

Chargement de l’image

Joshua Vautour explique que le comité Fierté Dieppe Pride s'est formé en décembre dernier.

Photo : Radio-Canada

La représentation, ici dans la région de Dieppe, [...] il n’y en a pas beaucoup, explique Joshua Vautour, président de Fierté Dieppe. C'est une des raisons pour lesquelles on a commencé ce comité ici, pour pouvoir créer des endroits, des safe spaces pour les jeunes, pour les gens de la région.

« Notre but, c’est de mettre l’emphase sur la région de Dieppe ainsi que la francophonie, puis de créer une opportunité pour les jeunes de pouvoir s’exprimer, de pouvoir avoir confiance en eux [...] d'être confortables d'être eux-mêmes. »

— Une citation de  Joshua Vautour, comité Fierté Dieppe Pride

Colin Babineau constate qu’il était temps d’améliorer les choses et de mettre sur pied ce genre d’espace pour la jeunesse. Malheureusement, je me souviens que ce n'était pas quelque chose qui était commun. C'est seulement quand je suis devenu adulte que j'ai commencé à vraiment voir qu'il existait une communauté. Ce n'était pas accessible, déplore le jeune homme de 21 ans.

Ce genre d'initiative est donc susceptible d’avoir un impact positif, déclare France Breault, qui est travailleuse sociale au District scolaire francophone Sud.

« Ces jeunes-là ont besoin d'être en sécurité, toujours. Je pense que c'est un bon lien quand on fait ces événements ici. »

— Une citation de  France Breault, travailleuse sociale

Elle estime que plus de visibilité permet aux jeunes d’avoir moins peur d’accepter qui ils sont et de l’exprimer.

Quand il n’y a pas d'école, comme par exemple les vacances d'été ou après l'école, on a besoin de ce même soutien-là qu'on retrouve dans les écoles. Mais on a besoin de l'avoir dans la communauté, relate-t-elle.

Chargement de l’image

France Breault, vendredi, au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

Photo : Radio-Canada

Au niveau scolaire, on voit qu'il y a un changement, beaucoup plus d'engagement au niveau de la diversité sexuelle et de genre, observe-t-elle. Ils sont beaucoup plus représentés.

La travailleuse sociale souhaite que l’événement de samedi soir ne soit qu’un début.

D’après le reportage de Mina Collin

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.