•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où est l’Oiseau blanc, 95 ans après sa disparition?

Chargement de l’image

L'avion Oiseau blanc a tenté de réaliser le premier vol transatlantique sans escale entre Paris et New York, en 1927.

Photo : Gracieuseté : Patricia Thrasher

Radio-Canada

La disparition de l’Oiseau blanc en 1927 a laissé les historiens et les amateurs d’aviation perplexes. Un homme à Oxford, en Pennsylvanie, a passé les 40 dernières années à essayer de découvrir le mystère.

Le grand biplan français, avec ses pilotes Charles Nungesser et François Coli, a disparu lors d’une tentative de réaliser le premier vol transatlantique sans escale entre Paris et New York, et ainsi gagner le prix Ortieg de 25 000 $.

Deux semaines plus tard, Charles Lindbergh a réussi le vol et écrit l’histoire en tant que premier pilote en solo à traverser l’océan. Les pilotes britanniques John Alcock et Arthur Brown avaient effectué le premier vol transatlantique en 1919, de St. John’s à Clifden, en Irlande.

À l’époque, les habitants de Cape Shore, sur la côte sud-est de Terre-Neuve, disaient avoir vu Nungesser et Coli voler au-dessus de leurs têtes. Plus tard, certains ont même signalé avoir vu des morceaux d’épave d’avion à Gull Pond, près de St. Mary’s Bay.

Aucune conclusion n’a jamais été tirée et l’avion lui-même n’a jamais été trouvé.

Un avion légendaire

Ric Gillespie, directeur général de l’International Group for Historic Aircraft Recovery, n’a pas abandonné la chasse depuis qu’il a entendu parler de la légende en 1980.

C’est l’avion manquant le plus important de l’histoire , a-t-il déclaré.

Il a soutenu que ses recherches ont connu beaucoup de rebondissements au fil des ans, avec des chercheurs qui scrutent les spéculations sur les accidents à New York et dans le Maine.

« Nous avons commencé à chercher et nous avons finalement créé un organisme sans but lucratif qui mène des enquêtes historiques. Nous avons cherché dans le Maine pendant huit ans et n’avons rien trouvé d’autre que des histoires. »

— Une citation de  Ric Gillespie, directeur général de l’International Group for Historic Aircraft Recovery,

À Terre-Neuve, il y a plus que des histoires. Il y a des témoignages. Nous avons déplacé nos recherches vers Terre-Neuve en 1992 et nous avons commencé à trouver des choses.

Ric Gillespie a fait plusieurs voyages dans la province depuis 1992, mais n’a pas encore trouvé de preuve concluante que le vol s’est écrasé dans ou autour de l’île, bien que lors d’un tel voyage le groupe de recherche a trouvé une partie d’un cylindre d’acier peint en bleu, quelque chose d’origine inconnue selon lui.

Chargement de l’image

Les pilotes de l'Oiseau blanc, les Français Francois Coli and Charles Nungesser.

Photo : Gracieuseté : The International Group for Historic Aircraft Recovery

Il a déclaré que des témoins de St. Mary’s à l’époque ont dit avoir vu l’avion traverser la baie alors qu’il était en feu, mais il note que cela aurait pu être de la vapeur puisque le moteur était refroidi au liquide.

Ces gens ont fait des déclarations sous serment devant les magistrats de l’époque. C’est une bonne preuve, solide, solide , est persuadé Ric Gillespie.

L’étang du cap Shore est une légende. Il y a des histoires racontées des années plus tard, beaucoup plus floues, mais qui valent la peine d’être consultées. Il n’y avait aucun aéronef en service à Terre-Neuve le 9 mai 1927. Si ces gens ont entendu et vu un avion, comme ils l’ont juré à l’époque, c’était l’Oiseau blanc , affirme-t-il.

Une autre tentative

Ric Gillespie est de retour à Terre-Neuve cette semaine pour faire une présentation à l’église anglicane St. Luke, à Placentia, samedi soir, et discuter de l’histoire et des mystères de la disparition de L’Oiseau blanc.

Il a également filmé une expédition avec Discovery Channel pour l’émission Expedition Unknown, diffusée mercredi.

Ce que nous espérons, c’est que les gens de Cape Shore, ou quiconque a des informations ou veut entendre parler de l’Oiseau blanc, viennent... et espèrent que les gens partagent leurs histoires avec nous , a-t-il espéré.

J’espère depuis longtemps que quelqu’un du Cape Shore a caché quelque chose dans son placard que leur grand-oncle a dit : « Ceci vient de cet avion de l’étang, et personne ne l’a jamais dit auparavant », se croise-t-il les doigts.

D’après un reportage de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !