•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition d’artéfacts acadiens et mi’kmaq au Musée acadien de Miscouche

L'exposition « Fouiller dans le passé » est présentée jusqu'au 4 septembre au Musée acadien, à Miscouche.

De grands panneaux à l'entrée de l'exposition. On peut y lire le nom de l'exposition et des mots de bienvenue aux visiteurs.

L'exposition « Fouiller dans le passé : Des découvertes archéologiques à l’Île-du-Prince-Édouard » se déroule du 17 juin au 4 septembre au Musée acadien situé à Miscouche.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

À l’Île-du-Prince-Édouard, la relation entre les Acadiens et les Mi’kmaq dure depuis trois siècles. Ces liens peuvent maintenant être découverts et observés à travers des centaines d’artéfacts, fruits de récentes recherches archéologiques qui sont exposées au Musée acadien, à Miscouche.

Fouiller dans le passé : Des découvertes archéologiques à l’Île-du-Prince-Édouard se déroule du 17 juin au 4 septembre. L’entrée est gratuite jusqu’au 21 juin.

Les artéfacts présentés ont été rassemblés par des archéologues, historiens, chercheurs et bénévoles mi’kmaq et acadiens qui ont mené ensemble des fouilles sur l’île.

Elles se sont déroulées sur quatre sites, dont Pointe-aux-Vieux, qui aurait été au 18e siècle le premier établissement acadien de la province, ainsi qu’à Pitaweikek, où les Mi’kmaq pêchaient il y a des millénaires.

Des photos au mur dans le musée.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'exposition « Fouiller dans le passé : Des découvertes archéologiques à l’Île-du-Prince-Édouard » se déroule du 17 juin au 4 septembre au Musée acadien situé à Miscouche.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Matthew McRae, le directeur des musées de l'Île-du-Prince-Édouard, explique que les gens ne réalisent pas toujours que les humains foulent le sol de cette île depuis 11 000 ans.

L’exposition permet de découvrir la vie des Premières Nations, et les débuts de la colonisation européenne. Ça nous montre comment cette île, qui était si isolée et si petite, faisait actuellement partie d'un grand troc global, souligne Matthew McRae.

Photo prise dans le musée. On voit des présentoirs vitrés contenant des objets et des panneaux explicatifs.

L'exposition « Fouiller dans le passé : Des découvertes archéologiques à l’Île-du-Prince-Édouard » se déroule du 17 juin au 4 septembre au Musée acadien situé à Miscouche.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Entre Acadiens et Autochtones, c’est une amitié solide, une relation solide, a dit Darlene Bernard, la cheffe de la Première Nation de Lennox Island.

Nous sommes très heureux de montrer comment elle a commencé, s'est-elle exclamée vendredi, au Musée acadien de Miscouche.

Des artéfacts trouvés lors de fouilles archéologiques sont exposés dans un bureau recouvert d'une vitre.

L'exposition « Fouiller dans le passé : Des découvertes archéologiques à l’Île-du-Prince-Édouard » se déroule du 17 juin au 4 septembre au Musée acadien situé à Miscouche.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

L'exposition Fouiller dans le passé compte aussi accomplir sa mission de transmission de l’histoire par l’entremise d’ateliers éducatifs pour les jeunes d’âge scolaire, en lien avec les 300 ans de l’arrivée des Acadiens sur l’île.

Helen Kristmanson sourit pour une photo, devant un mur du musée où sont affichées plusieurs photos.

Il y a eu beaucoup de travail derrière cette exposition, mentionne Helen Kristmanson.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

L’archéologue Helen Kristmanson, conservatrice de cette exposition, fruit de 15 années d’efforts, espère qu’elle laissera un héritage culturel à Miscouche.

Elle souhaite une exposition permanente, peut-être dans la future réserve de parc national Pituamkek à l'Île-du-Prince-Édouard. J’aimerais vraiment voir un centre d’interprétation majeur, dit Mme Kristmanson.

D’après le reportage de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !