•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique en quête de solutions pour pallier la pénurie de main-d’œuvre

Un phare, des maisons et une antenne bordent le fleuve Saint-Laurent au coucher du soleil.

Selon Tourisme Bas-Saint-Laurent, l'achalandage devrait être similaire à celui de l'an dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

La saison touristique est lancée au Bas-Saint-Laurent et l’industrie est à nouveau confrontée au manque de personnel. Malgré les nombreux incitatifs, les candidatures se font rares.

À l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup, où 60 postes sont à pourvoir, les besoins ne datent pas d’hier. L’été passé, on fermait 50 chambres par jour, je travaillais six jours semaine et je faisais des chambres, affirme la vice-présidente de l’hôtel, Joanna Lortie.

Pour éviter que le scénario ne se reproduise, elle s’est tournée vers l’immigration. Cinq cuisiniers étrangers devaient se joindre à l’équipe, mais un an après le début des procédures, les travailleurs se font attendre. Ça n’aboutit pas, c’est complètement ridicule, lance Mme Lortie.

Devant le manque d’employés, il lui arrive de devoir prêter main-forte en cuisine.

J’ai fait des toasts dimanche. On n’a pas le choix, il faut s’assurer que notre clientèle soit servie quand même.

Une citation de Joanna Lortie, vice-présidente de l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup

L’Hôtel Universel peut toutefois compter sur d’autres travailleurs étrangers. Neuf d’entre eux sont logés derrière l’hôtel, dans une maison achetée il y a quelques années par le propriétaire de l’entreprise.

Simplifier la vie des employés

Aux Jardins de Métis, on ne lésine pas sur les moyens pour s’assurer d’avoir suffisamment d’employés. On a construit un pavillon pour héberger les étudiants […]. On loue une autre maison à Price pas loin d’ici [pour les employés en restauration], souligne Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis.

Les Jardins se sont également dotés d’une fourgonnette. Les travailleurs peuvent ainsi covoiturer, au moment où le prix de l’essence atteint des records. Une bénévole fait le trajet Rimouski–Grand-Métis tous les jours.

Alexander Reford porte un manteau jaune.

Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Malgré les différents services offerts aux employés, le recrutement est devenu plus ardu, constate M. Reford.

Je suis assez âgé maintenant pour me rappeler des années où on avait des personnes qui venaient à tous les jours avec des CV. Ça, c’est du passé. On ne voit jamais ça maintenant.

Une citation de Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis

Des conditions de travail améliorées

Pour recruter du personnel, Nicolas Horth, copropriétaire du Capitaine Homard, a décidé d'améliorer les conditions de travail de ses employés.

En cuisine, minimum deux jours de congé par semaine, on fait un partage de pourboires pour les attirer. On augmente les salaires […]. On donne des vacances même pendant l’été, pendant notre saison touristique, dit-il.

Malgré ces avantages, Nicolas Horth est contraint de fermer son restaurant deux jours par semaine au début et à la fin de la saison en raison du manque de personnel.

L’industrie touristique pourra néanmoins compter sur la présence de nombreux visiteurs encore une fois cet été. Selon Tourisme Bas-Saint-Laurent, l’achalandage devrait être similaire à celui de l’an passé.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Bas Saint Laurent

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Bas Saint Laurent.