•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un quatrième oncologue démissionne au CHU Dumont, la classe politique préoccupée

La ministre de la Santé se dit très inquiète. Les libéraux demandent l'intervention du gouvernement.

Le Centre d'oncologie Dr-Léon-Richard est situé à Moncton.

Le Centre d'oncologie Dr-Léon-Richard est situé à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada Acadie a appris qu'un autre oncologue du CHU Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton a remis sa démission. Il s’agit du quatrième spécialiste en traitement du cancer à quitter cette unité en un an.

Selon nos informations, il est toujours en poste, mais quittera ses fonctions prochainement.

Il y a trois semaines, deux oncologues du CHU Dumont ont annoncé qu'ils quitteraient leurs fonctions à la fin juillet. Le Réseau de santé Vitalité indiquait alors que plus de 700 patients seront touchés.

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton, relève du Réseau de santé Vitalité.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

L'été dernier, un autre oncologue a également quitté son poste.

L'unité d'oncologie du CHU Dumont est l'un des points névralgiques du traitement du cancer au Nouveau-Brunswick.

De possibles changements dans les rendez-vous des patients

Les dirigeants du Réseau de santé Vitalité ont refusé d'accorder une entrevue à Radio-Canada Acadie vendredi, mais confirment la démission du spécialiste.

Dans une déclaration écrite, le réseau affirme que les patients qui ont un traitement actif et ceux pour qui on doit changer un rendez-vous seront contactés au cours des prochaines semaines.

Vitalité promet d’assurer la continuité des soins de tous ses patients en oncologie.

Des relations de travail « laborieuses »

À la fin mai, lorsque deux oncologues ont annoncé leur départ, le Réseau de santé Vitalité avait évoqué des relations de travail difficiles.

La pdg du Réseau de santé Vitalité, la Dre France Desrosiers, en entrevue.

La pdg du Réseau de santé Vitalité, la Dre France Desrosiers, à la fin mai (archives).

Photo : Radio-Canada

C’est vraiment des situations de relation de travail qui sont un peu laborieuses depuis quelques années et qui ont créé des insatisfactions quant aux conditions de travail et la rémunération, avait expliqué la pdg du réseau, la Dre France Desrosiers.

À ce moment-ci, nous ne connaissons pas les raisons qui ont motivé la plus récente démission. Il ne s'agit cependant pas d'un départ à la retraite.

La ministre de la Santé très inquiète

Le départ d'un autre médecin spécialiste de l'hôpital Georges-L.-Dumont me préoccupe beaucoup, a admis la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, dans une déclaration écrite, vendredi après-midi.

Dorothy Shpehard.

La ministre de la Santé Dorothy Shephard (archives)

Photo : Radio-Canada

Elle indique qu'elle va s'intéresser aux raisons de ces départs. Il est important de savoir pourquoi les médecins spécialistes décident de quitter leur poste et j'ai hâte de connaître les résultats des entretiens de départ pour mieux comprendre.

La ministre de la Santé précise également que le gouvernement est prêt, au besoin, à aider Vitalité à pourvoir les postes vacants.

L'opposition demande l'intervention de la ministre

Le chef de l'opposition Roger Melanson demande à la ministre Dorothy Shephard d'intervenir pour arrêter cette hémorragie.

La ministre doit intervenir directement et bien comprendre la situation, et corriger le tir, a-t-il dit, vendredi après-midi.

Le chef de l'opposition officielle au Nouveau-Brunswick, Roger Melanson, est très inquiet de la situation au CHU Dumont.

Le chef de l'opposition officielle au Nouveau-Brunswick, Roger Melanson, est très inquiet de la situation au CHU Dumont.

Photo : Radio-Canada

Selon Roger Melanson, ces départs à la chaîne témoignent des défis que pose la rétention du personnel et démontrent l'état de notre système de santé.

Ce ne sont pas des retraites. Ce sont des départs. Ces médecins-là vont aller travailler ailleurs, dans une autre province probablement. S’il y a un conflit de travail depuis déjà, quoi, une année, il faut que ce soit réglé. C’est déjà tard.

La députée verte Megan Mitton

La députée verte Megan Mitton

Photo : Radio-Canada

C'est vraiment inquiétant. Je suis vraiment préoccupée de ce qui arrive dans notre système de santé. La situation devient de plus en plus pire. C'est vraiment catastrophique, a dit pour sa part la députée verte de la Memramcook-Tantramar, Megan Mitton.

Elle souhaite que Vitalité mette en place des mécanismes pour éviter que cette situation ne se reproduise. Selon elle, le réseau doit s'assurer d'avoir des conditions de travail acceptable et miser sur la rétention.

Je pense que le sens d'urgence n'est pas là dans les régies.

Megan Mitton croit aussi que la ministre Dorothy Shephard a une part de responsabilité. Elle lui demande de prendre des actions concrètes et de faire plus que lancer des idées. Ce n'est pas assez, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !