•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec a l’intention de faire des rivières Noire et Coulonge une aire protégée

Le courant était très fort dans la rivière Coulonge en Outaouais (archives).

Les eaux de la rivière Coulonge en Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des élus et organismes en Outaouais se réjouissent de l'intention de Québec de mettre en réserve le territoire des rivières Noire et Coulonge et ainsi, faire de cet endroit une aire protégée d'une superficie de 822 kilomètres carrés.

Ce territoire fait partie des 11 nouveaux que le gouvernement du Québec a l’intention de mettre en réserve.

La nouvelle fait le bonheur d’acteurs de la région, notamment le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO), Tourisme Outaouais et la Société pour la nature et les parcs du Canada - section Vallée de l’Outaouais (SNAP-VO).

Dans un communiqué conjoint, ces organismes avancent que cette intention est une belle première étape pour le Pontiac et que cela envoie un signal fort sur le sérieux qu'accorde le gouvernement du Québec à la protection du territoire.

Le parc de la Gatineau et le parc provincial Algonquin sont saturés. Il faut développer d’autres aires protégées, d’autres lieux pour développer d'autres activités récréotouristiques, croit Benoit Delage, directeur général du CREDDO, qui voit d’un bon œil l’initiative.

Le CREDDO et la SNAP-VO disent avoir concerté des acteurs de la région pour ce projet d’aire protégée. Ils entendent poursuivre des consultations, puisque tout n’est pas encore gagné d’avance.

La prochaine étape est de déterminer les limites et les paramètres de gouvernance de l’aire protégée en fonction des consensus établis à la fin du processus de consultation en cours, peut-on lire dans leur communiqué.

Chez Tourisme Outaouais, la présidente-directrice générale Julie Kinnear estime que la création d’une aire protégée permettrait un développement récréotouristique attrayant pour l’Outaouais et cadre parfaitement dans nos priorités régionales comme le plein air, le nautisme, l’hébergement insolite et le tourisme durable .

La préfète de la MRC de Pontiac, Jane Toller, croit que la poursuite de la démarche de consultation est essentielle afin de mener à la création d’une aire protégée qui, forte d’un consensus au sein de la communauté, deviendra un fleuron de l’économie locale.

« Je crois que ces aires protégées contribueront grandement à attirer de nouveaux résidents et touristes dans la région. »

— Une citation de  Jane Toller, préfète de la MRC de Pontiac

Une fois la démarche de consultations terminée, les acteurs dans ce dossier en Outaouais présenteront au gouvernement une proposition consensuelle [...] lors des séances d’informations menées par le Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE), indique-t-on.

En 2018, les bassins des rivières Noire et Coulonge avaient obtenu le statut de réserve de biodiversité projetée (RBP), permettant ainsi d'empêcher l’exploitation des ressources naturelles dans la zone visée.

Une plage.

Les berges de la rivière Coulonge.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, a dit se réjouir de la nouvelle. Dans un communiqué envoyé lundi soir, il a mentionné que ces projets seront des joyaux écologiques pour l’ensemble de la nation québécoise.

Parmi les 11 nouveaux territoires que le gouvernement québécois souhaite mettre en réserve, on y retrouve également l’agrandissement de la réserve de biodiversité projetée de la Rivière-Dumoine, qui traverse les régions administratives de l'Abitibi-Témiscamingue et de l’Outaouais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !