•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étudiante étrangère de l’Université York obtient son diplôme à 19 ans

Plutôt que de s'isoler seule à Toronto pendant la pandémie, elle est rentrée à Dubaï, d'où elle a suivi les cours.

Chargement de l’image

Syeda Fatima Abbas Rizvi est devenue cette semaine l'une des plus jeunes diplômées de l'Université York.

Photo : Syeda Fatima Rizvi

Radio-Canada

Il y a trois ans, Syeda Fatima Abbas Rizvi a obtenu son diplôme de fin d'études secondaires à seulement 16 ans - un exploit scolaire qu'elle ne pensait pas pouvoir répéter.

Mais cette semaine, à 19 ans, Mme Rizvi est devenue l'une des plus jeunes étudiantes étrangères à obtenir un diplôme de l'Université York.

Elle était également la plus jeune des plus de 9000 diplômés de ce printemps - en tenant compte des cohortes de 2020, 2021 et 2022.

Je suis vraiment heureuse, a confié Mme Rizvi, qui détient désormais un baccalauréat en politique internationale.

L'année prochaine, elle commencera à travailler sur une maîtrise en mondialisation à l'Université McMaster. Mme Rizvi espère s’appuyer sur ce qu'elle a appris au Pakistan pour améliorer la vie des gens.

Elle a de grands rêves, confirme son père, Abbas Raza.

Pour les filles, c'est un peu difficile

M. Raza se dit fier du diplôme précoce de sa fille, mais il sait que ce n'est pas le cas de tout le monde. En effet, Mme Rizvi a déclaré que ses parents - qui partagent leur temps entre le Pakistan et Dubaï, aux Émirats arabes unis - sont souvent interrogés sur leur choix d'envoyer leur fille à l'étranger pour y suivre des études supérieures.

Pour les filles, c'est un peu difficile, témoigne M. Raza, qui voulait que ses trois enfants, et pas seulement ses deux fils, visent haut en matière d'éducation.

L’étudiante savait qu'elle devait partir à l'étranger parce que la politique est un sujet vraiment sensible chez elle.

« On ne peut pas vraiment critiquer beaucoup de choses, alors étudier la politique, surtout à l'étranger, a toujours été très important pour moi. »

— Une citation de  Syeda Fatima Abbas Rizvi, diplômée de l'Université York

L'Université York semblait être la bonne solution, dit-elle, parce qu'elle aimait son campus diversifié et social, ainsi que la nature plus à gauche de son programme de politique.

Chargement de l’image

Son frère Ali Raza Rizvi Syed a également obtenu son diplôme de l'Université York, quelques jours avant le sien.

Photo : Université de York

Tout n'a pas été facile, reconnaît Mme Rizvi. Plutôt que de s'isoler seule à Toronto pendant la pandémie, elle a pris l'avion pour rentrer à Dubaï. Mais cela signifiait vivre à l'opposé des horaires de sa famille, dit-elle. Certains cours se terminaient vers 3 heures du matin, heure locale, ce qui la laissait à moitié endormie pendant ces cours.

Inspiration

Son secret pour persévérer? Ne perdez pas de vue ce que vous essayez d'accomplir.

Jeudi, en présence de ses parents et de ses deux frères, l’étudiante assistera à la cérémonie de remise des diplômes avec la plus haute distinction de l'école - un an avant la date prévue.

Elle est une source d'inspiration, a déclaré la présidente de l'Université York, Rhonda Lenton, dans un communiqué.

Elle représente les valeurs de York et applique ses compétences et expériences uniques, en surmontant des défis sans précédent et en s'attaquant aux problèmes de sa communauté, a déclaré Mme Lenton. Je suis impatiente de voir ce qu'elle fera ensuite.

Maintenant qu'elle a obtenu son premier diplôme, Syeda Fatima Abbas Rizvi confie que sa mère se préoccupe surtout de lui trouver un partenaire. Mais l'étudiante, qui envisage de passer un doctorat, espère que le mariage et le monde universitaire pourront coexister.

D'après les informations de Vanessa Balintec, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !