•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme de Saint-Jean dit avoir été sauvé par une clinique virtuelle

Dylan Harris

Dylan Harris croit être toujours en vie grâce aux soins virtuels qu'il a pu recevoir.

Photo : Martin Jones/CBC

Radio-Canada

Après des heures d’attente interminables en salle d’urgence sans trouver de réponses à ses préoccupations, Dylan Harris remercie aujourd’hui une clinique virtuelle de lui avoir sauvé la vie.

L’homme de St-Jean vit avec des maux de tête et des évanouissements inexplicables depuis plusieurs mois. Souvent, ces symptômes sont provoqués par un éternuement ou une toux, à n’importe quel endroit ou moment de la journée.

Ça m’est arrivé en conduisant sur l’autoroute. J’ai éternué et j’ai perdu connaissance alors que je roulais à 100 km/h le long de la route Pitts Memorial, raconte-t-il.

L’événement est survenu une fois, puis une deuxième quelques jours plus tard. Les évanouissements à répétition ont finalement poussé Dylan Harris et sa femme, Dominique, à se rendre aux urgences du Centre des sciences de la santé, à Saint-Jean.

Mais les longs temps d’attente ne leur ont pas permis d’avoir les réponses souhaitées, seulement de l’incertitude quant à l’avenir.

Une clinique virtuelle lui évite le pire

Après sa visite infructueuse aux urgences, l’homme décide de consulter un médecin sur la plateforme virtuelle Medicuro Virtual Health, pilotée par le Dr Todd Young, à Springdale.

Portrait-photo de Todd Young.

La clinique virtuelle Medicuro Virtual Health a été fondée par le Dr Todd Young.

Photo : (Colleen Connors/CBC)

Plusieurs examens, rendez-vous et six à huit semaines plus tard, il apprend qu’une tumeur avec un kyste de la taille d’un œuf se développe dans son cerveau.

« Si je n’avais pas obtenu le diagnostic, j’aurais probablement perdu la vie dans un accident de la route. »

— Une citation de  Dylan Harris

Depuis sa prise en charge, les médecins sont parvenus à retirer sa tumeur et il est maintenant à l’étape de la rémission. Je pense que ça ouvre une voie pour beaucoup de gens, dit Dominique Harris à propos des soins de santé offerts virtuellement.

À Terre-Neuve-et-Labrador, par exemple, l’association médicale évalue que plus de 125 000 personnes n’ont pas de médecin de famille. Par conséquent, de plus en plus de gens se tournent vers la salle d’urgence pour se faire soigner.

Le dénominateur commun de la plupart des salles d'urgence, en ce moment, c’est les temps d’attente prolongés pour les patients, déplore le Dr Todd Young, qui estime que Dylan Harris, avec ses symptômes, n’aurait pas dû patienter aussi longtemps qu’il a eu à le faire.

Il espère que les soins virtuels, même s’ils ne remplaceront jamais les médecins de famille ou les salles d’urgence, continueront à se développer dans la province.

D'après le reportage d'Alex Kennedy, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !