•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves et enseignants du secondaire en C.-B. formés à l’utilisation de la naloxone

Plan rapproché d'un étui noir avec une croix rouge et le mot « naloxone ».

La naloxone permet d'atténuer temporairement les effets d'une surdose d'opioïdes en 3 à 5 minutes.

Photo : CBC / Maggie Macintosh

Radio-Canada

Un nouveau programme enseignant aux élèves du secondaire à reconnaître une surdose d’opioïdes et à administrer de la naloxone sera bientôt implanté dans les écoles de la Colombie-Britannique.

« Ce sera un outil de responsabilisation des élèves qui pourra avoir un impact bénéfique dans la crise des opioïdes », croit le directeur médical régional de la Fondation des soins avancés en urgence coronarienne, Anders Ganstal.

L’organisme, mieux connu selon son nom Fondation ACT, offre depuis une vingtaine d’années des programmes de formation en réanimation cardiorespiratoire (RCR) et en défibrillation aux élèves des écoles secondaires du Canada.

Un programme pilote de formation pour l’administration de la naloxone par vaporisateur nasal a d’abord été mis en place en 2019 en Ontario, explique un communiqué diffusé par la Fondation ACT.

Il sera maintenant étendu à d’autres provinces, dont la Colombie-Britannique, afin d’enseigner aux élèves quoi faire s’ils se trouvent en présence d’un camarade ou de toute autre personne en train de faire une surdose.

Atténuer les effets d'une surdose

La naloxone permet d'atténuer les effets d’une surdose en attendant les services d’urgence

En 2021, plus de 2224 personnes en sont mortes en Colombie-Britannique, soit en moyenne 6 par jour.

« Les 10 ou 15 premières minutes sont les plus importantes de l’intervention, explique Anders Ganstal. C’est donc très important d’avoir quelqu’un à proximité [qui sait administrer la naloxone]. »

Selon lui, la formation permettra aussi aux élèves de savoir quoi faire si un individu ne respire pas parce qu’il a consommé une trop grande quantité de benzodiazépines, une drogue tranquillisante ne répondant pas à la naloxone qui est de plus en plus souvent à l'origine de surdoses mortelles.

« Si la personne n’est pas consciente, vous devez faire la RCR, soutenir sa respiration, la placer dans une bonne position et bien sûr, appeler le 911, dit Anders Ganstal. Vous n'annulerez pas les effets des benzodiazépines, mais soutiendrez la respiration en attendant les ambulanciers. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !