•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Groupe Bouffard passe aux mains de GFL environnemental inc.

Logo sur un camion de la compagnie GFL.

Établi depuis 1969, Groupe Bouffard de Matane a été acheté par Matrec, une filiale de GFL environnemental inc. La transaction a été conclue le 1er juin dernier.

Photo : (CBC)

Établi depuis 1969, Groupe Bouffard de Matane a été acheté par Matrec, une filiale de GFL environnemental inc. La transaction a été conclue le 1er juin dernier.

Groupe Bouffard détient de nombreux contrats municipaux de collectes de déchets et de matières résiduelles au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord. L’entreprise régionale gère aussi deux centres de tri, un pour les matières résiduelles à Mont-Joli et un autre pour les déchets de la construction à Matane. Le nouvel acquéreur assure qu’il respectera toutes les obligations contractuelles liées aux opérations.

Le nouveau propriétaire, la multinationale torontoise GFL (Green for life), est présent dans toutes les provinces canadiennes et dans 23 États américains. Environ 11 000 personnes travaillent pour le groupe.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais selon GFL environnemental, il s’agit de la deuxième ou troisième grosse transaction au Québec dans l’histoire de l’entreprise. À titre d’exemple, le géant des services environnementaux avait versé 800 millions de dollars pour acquérir Services Matrec en 2016.

Les quelque 165 employés du Groupe Bouffard conserveront leur emploi, affirme le vice-président régional Matrec, Yazan Kano.

Le président de Groupe Bouffard, Dominique Bouffard, rejoint la direction de GFL et sera responsable de neuf centres de tri au Québec.

Il atteste que le service régional de collecte des matières résiduelles et de recyclage est entre bonnes mains. On n’aurait pas vendu l’entreprise, dit-il, et je n’aurais surtout pas continué à travailler dans l’organisation, avec GFL, si je n’avais pas eu une affinité et une proximité avec eux. Ça a toujours été franc, très honnête et très cordial.

Il voit la transaction comme un élément supplémentaire pour améliorer la gestion des déchets. Avec la force du groupe, ça nous donne plus de pouvoirs pour changer les choses avec les différents ministères. Ça nous donne encore plus d’outils pour travailler. Plus de territoires que GFL couvre, plus ça nous donne de facilités dans les opérations, fait valoir l'homme d'affaires.

Dominique Bouffard, président et directeur général de Groupe Bouffard.

Dominique Bouffard se joindra à l'équipe de direction de Matrec.

Photo : Radio-Canada / Pierre Chapdelaine de Montvalon

Dominique Bouffard donne l’exemple de GFL qui compte sur un parc de 800 camions au Québec et de son entreprise, plus petite, qui a dû parfois mettre à l’arrêt un camion pendant six mois en attente d’une pièce pour le réparer.

Une tendance lourde

Cette concentration vers un petit nombre de joueurs dans l’industrie de la gestion des matières résiduelles est une tendance lourde, selon Marc Olivier, professeur au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l’Université de Sherbrooke.

Des dizaines, des dizaines et des dizaines de petites entreprises familiales ont été rachetées par les grandes multinationales depuis une trentaine d’années. C’est comme un mouvement inéluctable parce que ça prend des sous pour être capable de développer, de soutenir l’aménagement et le développement des équipements, explique le spécialiste.

Marc Olivier observe que le grand nombre d’installations de GFL lui permet une plus grande flexibilité quant au traitement et à la valorisation des déchets. Des résidus de la construction, par exemple, pourront être envoyés dans les installations d’une autre région ou province, ou même au sud de la frontière.

Le professeur de l’Université de Sherbrooke souligne que ce modèle d’affaires va à l’encontre des orientations du Québec qui souhaite développer une économie circulaire dans la gestion et la valorisation des déchets. Pour que, dit-il, ça crée de l’activité économique le plus près possible de l’endroit où c’est collecté.

Yazan Kano assure que tous les déchets collectés dans la région resteront ici, notamment afin de diminuer l’émission de gaz à effet de serre. On les [Groupe Bouffard] achète pour leur expertise et leur savoir-faire. Groupe Bouffard en a une bonne.

M. Kano certifie que la qualité des services sera maintenue.

Un camion poubelle à Toronto.

Les camions de collecte seront bientôt repeints aux couleurs du nouveau propriétaire (photo d'archives).

Photo : Radio-Canada

Les citoyens des municipalités de l'Est-du-Québec desservies par Groupe Bouffard verront peu à peu leurs camions de collecte devenir vert fluo, la couleur de l'image de marque du nouveau propriétaire. Ce sera un des premiers signes concrets de la transaction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !