•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’atelier culturel en rappel | Au cœur de nos racines

L'atelier culturel en mode estival ramène à l'avant-plan des performances et des portraits d'artistes de la dernière saison qui ont une parenté dans leur démarche artistique. Dans cette sélection, découvrez des artistes pour qui l'identité et l'appartenance sont un moteur de création.

Collage de photos.

Missy D, une toile de Xavier Mutshipayi, une pièce d'Anne Brochu Lambert et des mocassins avec perlage de Robyn Adams

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Inspirés par leurs origines, des artistes mettent une touche unique à leurs oeuvres : un peintre fait vibrer ses peintures aux couleurs de l'Afrique, une créatrice puise dans son héritage métis pour élaborer ses pièces, une artiste visuelle tisse un lien intergénérationnel entre hier et demain et une musicienne chante son hip-hop dans la langue de sa mère.

L'artiste Xavier Mutshipayi peignant un tableau, dans son atelier.

L'artiste Xavier Mutshipayi dans son atelier

Photo : Radio-Canada

Xavier Mutshipayi suit son don

On pourrait presque dire que Xavier Mutshipayi est venu au monde avec dans les mains un crayon et un pinceau. L'artiste peintre, établi à Winnipeg, s'exprime par l'art depuis son tout jeune âge.

Le style de Xavier Mutshipayi prend ses racines en Afrique. Les feuillages aux couleurs vibrantes représentent la chaleur et la joie de vivre de son Congo natal. Il évoque aussi sa reconnaissance face au rôle prépondérant des femmes dans la communauté congolaise.

Pour nous en Afrique, la femme a une grande valeur dans la communauté, l'éducation de l'enfant, la famille, c'est vraiment la femme qui a une grande responsabilité, elle est à la base de cette éducation, elle joue un grand rôle pour le futur.

L'artiste Robyn Adams pinceau a la main est assise a son bureau

L'artiste métisse manitobaine, Robyn Adams

Photo : Radio-Canada / Denis Chamberland

Robyn Adams métisse son art

L’artiste multidisciplinaire originaire du Manitoba Robyn Adams, qui aime utiliser différents médiums, intègre son identité métisse dans chacun de ses projets artistiques. J’ai utilisé de la terre de la maison de mes ancêtres pour l’un de mes projets.

Peinture, installations, perlage, Robyn Adams s'inspire des travaux de différentes matriaches de la communauté métisse. Je suis vraiment intéressée par les pratiques traditionnelles autochtones, afin d’en connaître plus sur mon identité.

« L’art appartient aux peuples et pas aux gouvernements. »

— Une citation de  Robyn Adams

L’art c’est notre vie, c’est une façon de dire des choses, une façon qu’on peut explorer, faire des amitiés et raconter l’histoire et se faire une place à nous et notre communauté.

Anne Brochu Lambert dans son atelier penchée sur une tablette, un stylet à la main.

Anne Brochu Lambert dans son atelier

Photo : Radio-Canada / Francis Marchildon

Anne Brochu Lambert : créatives de mères en filles

L'oeuvre très personnelle de l'artiste visuelle de Regina Anne Brochu Lambert touche le partage de savoirs entre quatre générations de femmes de sa propre famille, de sa grand-mère à sa fille.

Quand je regardais ce parcours de quatre générations de femmes francophones, il y avait vraiment un fil conducteur de créativité et d’expressivité que j’avais envie d’explorer.

Sa grand-mère Marie-Ange s’exprimait par les arts traditionnels de la broderie et de la couture, tandis que sa mère, Hermance, a plutôt choisi l’univers de la littérature et de l’écriture. Pour sa fille Gabrielle, la créativité passe par le théâtre et l'écriture.

« J'ai été très bouleversée de réentendre la voix de ma grand-mère.  »

— Une citation de  Anne Brochu Lambert
La rappeuse Missy D et le guitariste Vinay Lobo .

La rappeuse Missy D et le guitariste Vinay Lobo

Photo : Radio-Canada

Missy D chante dans la langue de sa mère

La rappeuse de Vancouver Missy D développe son style musical en mélangeant des rythmes africains, hip-hop, rap et R&B. Récemment, elle réalise qu'elle n'a jamais écrit de chansons en français.

Case départ, paru ce printemps, est son tout premier minialbum majoritairement en français. Mordue de culture hip-hop depuis la préadolescence, il s'agit d'une sorte de retour aux sources : avec Case départ, elle se donne la chance de se retrouver, dans une langue que sa mère va comprendre cette fois-ci.

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !