•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congédié pour avoir refusé de doper les coureurs

Chargement de l’image
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien médecin en chef de l'équipe cycliste U.S. Postal, Prentice Steffen, soutient qu'il a été limogé pour avoir refusé de fournir des produits dopants.

25 juillet 2004 – L'ancien médecin en chef de l'équipe cycliste U.S. Postal, Prentice Steffen, soutient qu'il a été limogé pour avoir refusé de fournir des produits dopants. Steffen, qui n'a jamais eu de contact avec Lance Armstrong, avance qu'il a assisté au changement de philosophie de l'équipe en 1997.

« À l'époque, nous étions encore une petite équipe avec des ambitions moyennes, précise Steffen. Tout le monde était propre. Mais un jour, Marty Jemison (coureur aujourd'hui à la retraite) et Tyler Hamilton (actuel équipier de la formation Phonak) sont venus me trouver pour me demander si je ne pouvais pas leur fournir des produits illicites. J'avais l'impression qu'ils parlaient au nom de tous les autres et qu'ils étaient venus tâter le terrain. »

Un changement de philosophie

L'ancien médecin en chef avance que les dirigeants de l'équipe américaine étaient convaincus que pour passer au niveau supérieur, il fallait avoir recours au dopage. « À partir de là, j'ai compris que toute la mentalité était en train de changer. »

« Il était hors de question de se livrer à ce genre de pratiques, précise Steffen. Mais, devant mon refus catégorique, j'ai été tout simplement remercié quelques mois plus tard. » Le médecin pratique le même métier aujourd'hui avec la petite formation Prime Alliance. Bien qu'il n'ait jamais côtoyé Armstrong, Steffen croit que l'Américain ne mérite pas le record qu'il vient d'établir.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.