•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par hologramme, le président ukrainien lance un appel à la tech mondiale

Volodymyr Zelensky a participé à plusieurs événements de manière virtuelle.

Les gens de dos, regardent le président ukrainien qui apparaît sur un écran.

Sous la forme d'un hologramme, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est adressé à plusieurs publics en Europe.

Photo : The Next Web Conference

Agence France-Presse

Sous la forme d'un hologramme, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé aux entreprises technologiques du monde entier de l'aider à reconstruire l'Ukraine.

Aucun autre pays dans le monde ne vous offrira une telle chance d'utiliser les technologies les plus avancées au sein d'un l'État, a assuré le président Zelensky, virtuellement présent à VivaTech, mais aussi dans d’autres événements en Europe comme The Next Web Conference à Amsterdam.

D’ailleurs, le grand salon parisien des nouvelles entreprises et de la technologie dédié à l'innovation et au numérique accueille 14 jeunes entreprises ukrainiennes. Il se déroule jusqu'à samedi.

L'Ukraine est une chance pour vous, a répété le président ukrainien, qui souhaite bénéficier d'une forme de prêt-bail, sur le modèle de celui fourni par les États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale pour aider les pays européens en guerre.

Nous proposerons un prêt-bail numérique dans les prochaines semaines, dans une conférence sur la reconstruction à Lugano, en Suisse, a-t-il dit.

En tenue kaki, Zelenski a reconnu qu'il était inhabituel pour un président ou un chef de gouvernement de s'exprimer par hologramme.

Mais « ce n'est pas le seul élément de Star Wars que nous mettrons en pratique. Nous battrons l'Empire nous aussi », a dit l'ancien acteur, faisant allusion à la Russie.

L'Ukraine met souvent de l'avant le niveau élevé de numérisation de l'État. Cette numérisation lui a permis de mieux résister à l'offensive de la Russie. Grâce à elle, il est possible, par exemple, de continuer à délivrer des paiements dans des zones de guerre, ce qui serait impensable avec une organisation traditionnelle, avait expliqué récemment le vice-premier ministre ukrainien Mykhaïlo Fedorov.

L’Ukraine technologique en force

Pas moins de quatorze initiatives ukrainiennes sont présentes à VivaTech.

Parmi elles, ClinCaseQuest, une plateforme destinée aux étudiants et aux étudiantes en médecine qui permet d'étudier les essais cliniques, et Miso, qui propose un système de surveillance qui analyse la santé d’une personne à l'aide d'algorithmes afin de prévenir les maladies cardiaques.

On veut montrer que la technologie ukrainienne, quoi qu'il en soit, malgré la guerre et les défis qui se posent dans le pays, elle est forte, et elle peut proposer des partenariats intéressants à des entreprises françaises et européennes, explique à l'AFP Diana Sidko, responsable du kiosque Ukraine à VivaTech.

C'est la première fois que l'Ukraine a son kiosque à ce salon. Il y a beaucoup d'entreprises mondiales américaines et européennes dont les équipes de développement sont basées en Ukraine. Ce sont vraiment des milliers de personnes employées aujourd'hui. À peu près 250 000 en ingénierie, souligne Diana Sidko.

Chaque jeune entreprise présente à VivaTech est une graine de courage, qui continue à travailler dans des conditions assez difficiles, mais qui sait les surmonter, qu'elle soit basée en Ukraine, au Portugal ou temporairement en France comme Lookerz et Cardio AI, détaille Diana Sidko.

La présence de l'Ukraine au salon était décidée avant l'invasion russe.

À l'automne, avant que la guerre n'éclate, on souhaitait déjà que l'Ukraine participe à VivaTech. C'est un pays qui, sur la scène technologique européenne, est de plus en plus dynamique, actif et intéressant, souligne la directrice du salon, Julie Ranty.

Malgré le conflit, les discussions se sont poursuivies, avec l'objectif que ces jeunes pousses ukrainiennes puissent continuer à développer leurs activités et trouvent de la visibilité, une clientèle, des investissements à VivaTech.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !