•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La technologie pour contrer le gaspillage alimentaire

Chargement de l’image

Les Canadiens font piètre figure en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Photo : iStock

Chargement de l’image

Poussée par sa conscience écologique, Marie-Renée Duguay a téléchargé l’application Flashfood sur son téléphone il y a quelques années. Elle ne peut plus s’en passer aujourd’hui.

Flashfood permet aux magasins à grande surface de vendre à moitié prix des aliments sur le point d'être périmés.

Chargement de l’image

Dans la région du Grand Moncton, quatre épiceries participantes proposent aux consommateurs certains de leurs produits sur l'application Flashfood.

Photo : Flashfood

En plus de permettre de faire des économies, un des aspects de Flashfood c’est que ça prévient le gaspillage dans les chaînes d’alimentation, donc ça m’avait interpellée, raconte la résidente de la région du Grand Moncton, qui compte quatre épiceries participantes sur la plateforme.

Marie-Renée est rapidement devenue une ambassadrice, dit-elle à la blague. J’en parlais à tout le monde. [...] Mon conjoint me dit : arrête d’en parler à tout le monde, à un moment donné on ne sera plus capables de rien avoir.

Elle s’étonne toujours de voir une abondante variété d’aliments qui sont, à son avis, de très bonne qualité.

Chargement de l’image

Marie-Renée Duguay s'est d'abord inscrite sur la plateforme Flashfood par souci écologique.

Photo : Radio-Canada

« C’est souvent les produits les plus intéressants, comme les légumes bio. Ils sont plus chers [en magasin], alors les gens achètent moins. »

— Une citation de  Marie-Renée Duguay

Elle contredit ainsi ceux qui pensent que des produits moins chers sont nécessairement moins bons. Je suis vraiment satisfaite de la qualité de ce que je reçois, soutient-elle.

Chargement de l’image

Marie-Renée Duguay s'est procuré cette caisse de bananes vendue sur l'application Flashfood pour seulement 5 $.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté : Marie-Renée Duguay

Et si les quantités sont trop importantes – comme c’était le cas pour la caisse de bananes qu’elle a récemment achetée –, elle suggère de les congeler ou, mieux encore, de les partager avec son entourage. Ça vaut tellement la peine, souligne-t-elle.

Des innovations technologiques pour contrer le gaspillage alimentaire

L’entreprise Chinova Bioworks, basée à Fredericton, a été fondée en 2016. Elle a récemment été sélectionnée parmi les demi-finalistes du volet « technologies novatrices » du Défi sur la réduction du gaspillage alimentaire, lancé par le ministère fédéral de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en novembre 2020.

Chargement de l’image

Natasha Dhayagude est cofondatrice de l'entreprise Chineva Bioworks, basée à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

La jeune entreprise Chinova Bioworks, elle, se spécialise dans la fabrication d’agents de conservation adaptés à une panoplie de produits alimentaires, tels que des boissons, des sauces, des trempettes et des aliments à base de plantes.

Dans certains cas, ils peuvent doubler la durée de vie des produits sur les étalages.

En général, le délai de péremption des produits faits à base de plantes est de 30 jours. Ce que nous avons observé, c’est que nous sommes en mesure de prolonger ce délai jusqu’à 60 jours, explique sa cofondatrice et présidente-directrice générale, Natasha Dhayagude.

« Et parce que nous prolongeons la durée de vie des aliments, ultimement, cela permet de réduire le gaspillage alimentaire. »

— Une citation de  Natasha Dhayagude, cofondatrice et présidente-directrice générale de Chinova Bioworks

L’agent naturel mis au point par l’entreprise – un substitut aux agents de conservation artificiels – provient des racines de champignons blancs. L'entreprise collabore avec des agriculteurs qui lui fournissent ces racines dont ils se seraient autrement débarrassés.

À l’aide d’un financement de 1,5 million de dollars de la fondation fédérale Technologies de développement durable du Canada, Chinova Bioworks pourra bientôt quantifier la réduction du gaspillage alimentaire qui est due à son innovation.

Chargement de l’image

Au Canada, on estime qu'environ la moitié de l'approvisionnement alimentaire est gaspillé.

Photo : Getty Images

L’argent servira également à mesurer la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui en découle.

En ce moment, nos résultats démontrent que chaque kilogramme vendu de notre agent de conservation permet de diminuer l’équivalent de ce que produisent 5500 téléphones cellulaires, dit Natasha Dhayagude à titre d’exemple.

D'autres entreprises dans les Maritimes se sont également démarquées par leur approche unique pour réduire la quantité de déchets alimentaires.

C'est le cas de la boîte néo-écossaise Outcast Upcycled Nutrition, qui a obtenu une place parmi les finalistes de la catégorie « modèle d'affaires ». La compagnie a su mettre au point une manière de recycler des fruits et des légumes non désirés en les transformant en poudre nutritive végétalienne.

Au Canada, on estime qu’environ la moitié de l’approvisionnement alimentaire est gaspillée annuellement. Il serait néanmoins possible d’éviter le gaspillage d’environ 50 milliards de dollars en aliments, selon le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !