•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des constats éclairants sur le climat de travail au sein du CSS des Chic-Chocs

Édifice administratif de la commission scolaire des Chic-Chocs à Gaspé

Le Centre de services scolaire a dévoilé mardi les grandes lignes de son diagnostic organisationnel (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Le Centre de services scolaire (CSS) des Chic-Chocs a dévoilé mardi les grandes lignes de son diagnostic organisationnel et les constats sur le climat de travail au sein de l’organisation permettent de mieux comprendre ce qui s'est passé au cours des derniers mois.

Le rapport note tout d’abord que la culture organisationnelle du CSS était dysfonctionnelle : des divisions identitaires entre services administratifs et directions d’école se sont développées et un climat de méfiance s’est installé.

Dans le rapport, des employés témoignent d’un manque de confiance envers l’organisation, mais aussi d’un manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie.

Le diagnostic rapporte aussi du copinage et du favoritisme dans la sélection du personnel, surtout en ce qui a trait aux postes temporaires.

Il note aussi une collaboration inter-groupe difficile, avec notamment du travail en silo, une iniquité informationnelle, des lacunes dans le soutien apporté aux employés, l’absence de transfert de connaissances et un taux de roulement important au niveau de la direction des services éducatifs.

Quatre personnes assises à une table

Le Centre de services scolaire des Chic-Chocs a tenu une conférence de presse pour présenter les grandes lignes du diagnostic organisationnel.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Au niveau du conseil d’administration et du comité de parents, le rapport note un manque de clarté dans la définition des rôles et des responsabilités des membres.

Il constate aussi le manque de communication entre la direction générale, le comité de parents et le conseil d’administration.

Malgré ces constats durs, le diagnostic organisationnel rapporte certains éléments positifs dans l’organisation, notamment les relations entre employés et leur supérieur immédiat.

À qui la faute?

La responsabilité de la directrice générale, Deslilas Fournier, qui est en congé de maladie depuis 2021, n’a pas été abordée lors de la présentation des grandes lignes du diagnostic organisationnel.

Questionnée à ce sujet, la directrice générale par intérim, Josée Synnott, n’a pas voulu développer davantage, étant donné la confidentialité du dossier de Mme Fournier.

On ne peut pas cibler une personne, ce n’était pas non plus le but du diagnostic de chercher des coupables, indique la directrice générale par intérim.

Améliorer la communication

Le CSS des Chic-Chocs a établi un plan d’action pour faire suite aux nombreuses recommandations formulées dans le diagnostic organisationnel.

Améliorer la communication constitue une des priorités de Josée Synnott.

Une nouvelle conseillère en communication à temps plein a d’ailleurs été embauchée. Elle aura la responsabilité d’améliorer les communications autant à l’interne qu’à l’externe, et notamment avec les parents, ce qui passera par une refonte du site internet du CSS.

Un homme et une femme assis à une table.

La directrice générale par intérim du CSS des Chic-Chocs, Josée Synnott, accompagnée du directeur général adjoint par intérim, Steven Richard.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Josée Synnott compte aussi travailler à outiller le secrétaire général pour qu’il soutienne mieux les membres du conseil d’administration et du comité de parents, et améliorer la communication entre eux.

Selon elle, les débuts difficiles du conseil d’administration seraient liés aux changements de gouvernance induits par la disparition des commissions scolaires au profit des centres de services scolaires.

Valeurs et vision communes

Une des premières étapes pour Josée Synnott consiste à établir une vision et des valeurs communes au sein du CSS afin de favoriser l’engagement des employés et développer leur sentiment d’appartenance, ce qui va se traduire, par exemple, par la création d’une nouvelle table de coordination entre les écoles et les services administratifs.

Une de nos grandes priorités, ça va être le renouvellement de notre plan d’engagement vers la réussite. Ça va nous permettre de retravailler notre mission, notre vision et nos valeurs avec tous les acteurs concernés, en consultation, en collaboration, explique Josée Synnott.

D’autres actions seront aussi entreprises pour améliorer la collaboration et la communication au sein de l’organisation.

On travaille beaucoup pour consulter davantage les employés sur différents sujets pour avoir leur pouls et savoir ce qu’ils pensent des idées qu’on pourrait avoir, indique-t-elle.

« Il y a beaucoup de consultations qui se font cette année. »

— Une citation de  Josée Synnott, directrice générale par intérim du CSS des Chic-Chocs.

Un des autres chantiers du CSS sera de mettre un terme aux perceptions d’injustice que ressentent certains employés, selon le diagnostic.

Pour cela, Josée Synnott compte réviser la politique de l'organisation vis-à-vis des gestionnaires et la politique de dotation en ressources humaines, améliorer le soutien aux nouveaux employés, développer des programmes de mentorat, revoir les procédures sur les heures supplémentaires et les déplacements, et ajouter une direction pour l’adaptation scolaire.

Plan sur plusieurs années

Le CSS des Chic-Chocs a déjà mis en place certaines recommandations. Par exemple, de la formation est offerte depuis le début de l’année aux nouveaux membres du conseil d’administration et du comité de parents.

L’organisation compte réaliser les autres d’ici juin 2024, sauf pour celles plus complexes à mettre en place, tel un programme de développement de compétences pour employés qui devrait voir le jour en juin 2025.

Josée Synnott se dit très optimiste pour la suite des choses. Il reste beaucoup de travail à faire, mais on est sur la bonne voie.

Avec la collaboration de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !