•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean misera sur l’éolien

Une affiche présentant le Cercle économique régional des Premières Nations.

L'événement a lieu au Château Roberval.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

La Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean souhaite se doter d'une structure qui lui permettra de développer le secteur de l'éolien.

L'organisme a pris cette décision la semaine dernière, lors de son assemblée générale annuelle, et en a fait l’annonce à l’occasion du Cercle économique régional des Premières Nations, dont le coup d’envoi a été donné mercredi à Roberval.

Étant donné la demande énergétique d’Hydro-Québec, on n’a pas nécessairement besoin de passer par appel d’offres. Ça va nous donner l’opportunité d’être compétitifs dans le marché, tout en développant notre propre énergie et redistribuer les bénéfices dans les communautés, a indiqué le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Yanick Baillargeon.

La Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean a développé et mis en place deux minicentrales.

Pour la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, il importe d’exercer un leadership dans le domaine de l’éolien. L'objectif est de créer de nouvelles retombées économiques pour les MRC de Domaine-du-Roy et de Maria-Chapdelaine et pour la communauté de Mashteuiatsh, qui sont les trois partenaires de la société d'énergie.

Des personnes rassemblées dans une salle avec des écrans géants.

Environ 250 élus et plusieurs autres acteurs participent au Cercle économique régional des Premières Nations qui a lieu à l'hôtel Château Roberval.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

On est un peu au départ, car l’éolien commence à se développer. C’est un peu différent de l’hydroélectricité, mais en fin de compte c’est juste d’aller chercher les potentiels et voir jusqu’à quel niveau on va aller du côté de ces énergies-là, a ajouté Yanick Baillargeon, précisant qu’il serait possible d’aller chercher jusqu’à 2000 mégawatts de puissance.

« Le potentiel est énorme. »

— Une citation de  Yanick Baillargeon, préfet de la MRC du Domaine-du-Roy

Un événement d'envergure

Le Cercle économique régional des Premières Nations a débuté mercredi matin à Roberval. L'événement est animé conjointement par le journaliste et auteur Michel Jean et l'ex-député Stéphan Tremblay. Il se poursuivra jeudi. Environ 250 élus, de même que des acteurs autochtones et allochtones provenant des domaines social et économique, y participent.

Gilbert Dominique à un lutrin.

Le chef de la communauté autochtone de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Au-delà du volet économique, l’événement doit s’inscrire dans une démarche d’engagement, selon le chef de la communauté de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique.

Je souhaite entendre un message général sur l’importance de l’implication de nos communautés dans le développement et le devenir de nos régions, a-t-il lancé dans son mot d’ouverture.

Il a aussi parlé de l’importance d’offrir des perspectives d’emplois intéressantes aux jeunes autochtones et permettre à son peuple d’avoir leurs ambitions.

Le chef de l’Association des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, a pour sa part rappelé que le Forum socioéconomique des Premières Nations, tenu en 2006, a eu lieu à Mashteuiatsh.

Il y a plusieurs des nôtres qui sont restés sur un certain appétit et qui voulaient que les choses se fassent un peu plus rapidement. L’intention, c’est de souligner les 15 ans depuis le forum, revoir ce que nous avons fait de bon et revoir ce qu’il nous reste à faire, a-t-il expliqué.

Un homme à un lutrin et un autre derrière.

Le président de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, et le journaliste d'origine autochtone Michel Jean prennent part à l'événement.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Le premier ministre du Québec, François Legault, a pris la parole virtuellement. Il a rappelé la volonté de son gouvernement de bâtir des partenariats profitables aux Québécois et aux Autochtones.

Des conférences et des ateliers abordent la relance d’après pandémie de l’industrie touristique, le développement de partenariats d’affaires, l’énergie renouvelable et la formation. L’objectif est de favoriser le développement du territoire et le réseautage.

L’événement découle du Grand cercle économique des Premières Nations tenu à Montréal l’année dernière. Le prochain cercle régional aura lieu à la fin de l’année, en Abitibi-Témiscamingue.

Le ministre Lafrenière réagit

Par ailleurs, le ministre des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière, a affirmé en marge de l'événement qu'il ne compte pas s'immiscer dans le conflit territorial qui oppose la Nation huronne-wendat de Wendake aux Innus de Mashteuiatsh.

Le conseil de bande de Mashteuiatsh accuse Wendake d'avoir vandalisé deux terrains occupés par des Innus dans la Réserve faunique des Laurentides pour une question de droit territorial.

Le ministre Lafrenière se réjouit de savoir que les chefs des deux communautés ont entamé un début de dialogue mardi.

Avec les informations de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !