•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec connaît une nouvelle hausse des naissances en 2021

Une femme enceinte tient son ventre.

C’est en septembre que le nombre de naissances a été le plus élevé, atteignant plus de 250 par jour.

Photo : getty images/istockphoto / YunYulia

Radio-Canada

Le nombre de naissances au Québec en 2021 est remonté au niveau de 2019 après avoir connu un léger recul durant l’année 2020, en raison de la pandémie, indique un bulletin sociodémographique produit par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Quelque 84 900 naissances ont été enregistrées dans la province en 2021, une hausse d’environ 3000 (+4 %) par rapport à l’année précédente. En 2019, le nombre de naissances s'était chiffré à 84 309.

De 2013 à 2018, le Québec a enregistré une tendance à la baisse sur le plan des naissances. Puis, en 2019 et en 2021, la province a été marquée par une légère hausse. Toutefois, il faudra attendre le résultat des prochaines années pour savoir si le Québec connaît un nouveau cycle de naissances, cette fois-ci à la hausse, explique l’ISQ.

C’est en septembre que le nombre de naissances a été le plus élevé, atteignant plus de 250 par jour. Une trajectoire identique aux années 2019 et 2020.

Quelque 43 700 garçons sont nés en 2021, soit un plus que les 41 200 filles. Une tendance qui s'observe généralement chaque année.

Indice de fécondité

L’indice synthétique de fécondité présente lui aussi une hausse, après avoir connu un recul en 2020. Pour l’année 2021, il s’établit à 1,58 enfant par femme. En 2020 et en 2019, il s’était positionné respectivement à 1,52 et 1,57.

Chez les femmes de 25 à 44 ans, l’indice a connu une légère hausse en 2021, alors que chez celles de 24 ans et moins, le nombre d’enfants par femme a subi une tendance à la baisse.

Toutes les régions, à l'exception de Montréal, ont connu une hausse des naissances en 2021 par rapport aux années 2019 et/ou 2020. Montréal enregistre aussi l’indice le plus bas, se situant à 1,3 enfant par femme. Quant à lui, le Nord-du-Québec connaît le plus haut taux, avec 2,7 enfants par femme.

À l’international

La baisse des naissances liée aux premiers mois de la pandémie, de novembre 2020 à janvier 2021, est un phénomène qui s’étend à l'international, peut-on lire dans le bulletin produit par l’ISQ. Il touche principalement les pays développés comme la France, la Belgique, les États-Unis et l’Espagne.

En 2021, l'indice de fécondité a aussi connu une remontée après un recul en 2020, notamment en France, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, selon les données recueillies jusqu’à présent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !