•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nettoyage se poursuit à Ottawa, trois semaines après la tempête

Un homme et une femme en train de ramasser des branches d'arbre tombées au sol.

L’heure est toujours au nettoyage à Ottawa, trois semaines après le derecho qui a touché la région (archives).

Photo : Radio-Canada / Buntola Nou

Radio-Canada

Les équipes de nettoyage de la Ville d'Ottawa voient enfin la lumière au bout du tunnel, trois semaines après le derecho du 21 mai qui a provoqué la chute de milliers d’arbres partout dans la capitale fédérale. Il reste cependant beaucoup de travail à faire.

Le directeur général des travaux publics de la Ville d'Ottawa, Alain Gonthier, se félicite des progrès accomplis.

L’intervention a exigé un niveau énorme de travail dévoué et de coordination dans l’ensemble des travaux publics. Par conséquent, de nombreuses activités d’entretien régulier ont été suspendues ou retardées pour permettre au personnel de se concentrer sur le travail de nettoyage requis après la tempête, a-t-il écrit mardi dans une note de service destinée aux élus de Ville.

« Nous passons à la prochaine phase de rétablissement après la tempête, en continuant de mettre l'accent sur les opérations forestières prioritaires, tout en réduisant les activités de gestion des débris, afin de faciliter la reprise de l'entretien et des opérations de routine. »

— Une citation de  Alain Gonthier, directeur des travaux publics de la Ville d’Ottawa

Retour à la normale

Les équipes ont terminé la collecte des débris laissés par la tempête sur plus de 10 000 kilomètres de routes municipales. Elles ont aussi effectué un premier passage sur l’ensemble du territoire de la Ville.

Dans les secteurs les plus touchés, dont Navan, Pineglen, Uplands et Stittsville, les équipes ont même effectué un deuxième, voire un troisième passage.

Un homme accorde une entrevue à la caméra.

Alain Gonthier, le directeur des travaux publics de la Ville d’Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada

Dans la plupart des secteurs de la Ville, le besoin de collecte des débris liés à la tempête est désormais bien moindre, et les travaux publics prévoient un retour progressif à la collecte normale des débris en bordure de trottoir, poursuit M. Gonthier dans sa note de service.

Les résidents encore aux prises avec des branches d’arbres tombées en raison de la tempête ont jusqu’à vendredi pour les déposer en bordure de rue pour permettre aux équipes de les ramasser à l'aide d’équipement lourd.

Les résidents peuvent aussi apporter eux-mêmes les débris organiques liés à la tempête à la décharge du chemin Trail, où ils pourront s'en débarrasser gratuitement jusqu’à samedi inclusivement.

Les parcs n’ont pas été épargnés

Les équipes de nettoyage font également des progrès dans les parcs d'Ottawa. En date du 9 juin, le travail a été effectué dans 256 parcs sur les 528 qui ont été touchés par la tempête.

Les efforts de nettoyage restants pour nos parcs et les arbres de la ville sont importants, et le personnel s’en occupe en priorité, écrit M. Gonthier, en précisant que ce travail prendra encore plusieurs semaines.

Les employés du ministère des Richesses naturelles et de la Foresterie ont porté assistance aux équipes de la Ville, tout comme des entrepreneurs forestiers privés. Cette semaine, une équipe en provenance de Hamilton met aussi la main à la pâte.

Grâce aux progrès réalisés, les équipes de la Ville ont pu reprendre les activités normales, qui ont été ralenties par la tempête. Ainsi, 70 % des employés de parcs sont de retour dans leurs fonctions habituelles, y compris le remplissage des nids-de-poule, selon Alain Gonthier.

Il faudra des mois avant que tout soit terminé, mais nos équipes ont fait des progrès incroyables et continueront jusqu’à ce que le travail soit terminé, conclut M. Gonthier.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !