•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dormir à hauteur d’arbres : une expérience insolite prisée

Une bulle vue de loin.

Les bulles sont installées sur des plateformes de bois et gonflées à l'air grâce à un sas de compression.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Le calendrier de réservations quasi complet de l’entreprise Canopée Lit en dit long sur l’intérêt marqué pour l’hébergement en bulles transparentes perchées à la cime des arbres de Sacré-Coeur, un petit village près de Tadoussac.

Le propriétaire Jérémie Girard espère offrir plus qu’une expérience insolite à ses clients. Il souhaite que les campeurs repartent avec une nouvelle perspective sur eux et sur le monde, dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

Jérémie Girard sur la terrasse d'une bulle dans la forêt.

Jérémie Girard a fondé Canopée Lit en 2008 avec sa famille.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

La hauteur, c'est vraiment pour ne pas déranger la faune. Plus on est haut, moins on dérange, nous, en tant qu'humains. Il y a des lièvres qui nous courent en dessous, des chevreuils. Je voulais être sur pilotis pour ne pas m'appuyer sur mes arbres, raconte le Français d’origine, qui est tombé en amour avec le secteur lors d’un voyage initiatique au Québec en 2008.

C’est à partir de là que l'équipe de Canopée Lit est devenue précurseure dans le domaine de l'hébergement insolite au Québec.

La forêt vue de l'intérieur de la bulle.

Les bulles permettent aux visiteurs de dormir dans la canopée des arbres, sur une plateforme installée à environ quatre mètres du sol.

Photo : Céline Soubeyroux-Oszczak

Depuis 2014, les visiteurs peuvent passer la nuit dans une tente gonflable transparente installée sur une plateforme.

Le ciel et la cime des arbres à la tombée de la nuit, vus de l'intérieur de la bulle transparente.

L'hébergement en bulle sur pilotis offre l'expérience d'une nuit à la belle étoile.

Photo : Céline Soubeyroux-Oszczak

D’année en année, Jérémie Girard constate que dormir dans la canopée, au cœur du feuillage des arbres, attire de plus en plus de touristes en quête de nouvelles expériences.

« On prend de la hauteur, on a une meilleure réflexion sur la vie. On est souvent au ras du sol, et d'avoir des cabanes dans les arbres, c'est certainement pour découvrir autre chose de soi-même. »

— Une citation de  Jérémie Girard, propriétaire de Canopée Lit

De la curiosité au dépassement de soi

Gabriel Aszalos et Vanity Martin sont d’abord venus pour l’expérience d’un week-end d’amoureux insolite.

« On dirait vraiment un truc spatial, un truc de la lune ou de l’espace. »

— Une citation de  Gabriel Aszalos, visiteur de Montréal

À quatre mètres de haut, perchés au-dessus d’une rivière, la perspective a légèrement changé.

La bulle sur une plateforme de bois dans la forêt.

Les bulles sont perchées à plusieurs mètres du sol en pleine forêt boréale.

Photo : Céline Soubeyroux-Oszczak

Au début, j'avais un peu peur que ça tombe, mais après, tu t'habitues et c'est correct. Pour vrai, on a super bien dormi, raconte la jeune femme.

C'est vrai qu'il ne faut pas avoir le vertige. Ça peut trembler un petit peu, on sent qu'on est en hauteur, faut pas avoir le vertige, renchérit Céline Soubeyroux-Oszczak, après deux nuits dans une bulle.

Le couple dans la bulle avec vue sur la forêt.

Céline et Geoffroy Soubeyroux-Oszczak ont dormi deux nuits dans une bulle en pleine forêt.

Photo : Céline Soubeyroux-Oszczak

Avec son conjoint Geoffroy, ce fut toutefois l’occasion de renouer avec la nature et de découvrir de nouvelles espèces d’oiseaux qui avaient élu domicile sous leur plateforme.

Voilà de quoi apprécier, pour une fois en deux ans de pandémie, l’idée de rester dans sa bulle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !