•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington paiera la totalité du coût de la lutte contre les incendies au Nouveau-Mexique

Micro à la main, on homme s'adresse à des gens dans une salle de contrôle.

Le président américain Joe Biden au centre de contrôle de Santa Fe le 11 juin 2022, où environ 430 maisons ont été détruites par les incendies.

Photo : Getty Images / Jim Watson / AFP

Radio-Canada

Devant la colère des sinistrés, le président américain Joe Biden a pris la parole samedi à Santa Fe, au Nouveau-Mexique, où l'incendie déclenché par le gouvernement fédéral fait toujours rage.

Nous avons la responsabilité d'aider l'État du Nouveau-Mexique à se rétablir, a déclaré le président Biden aux élus et aux secouristes lors d'un point de presse organisé dans la capitale de l'État.

M. Biden a ensuite passé en revue les efforts déployés pour lutter contre le plus grand incendie de l'histoire de cet État du sud-ouest des États-Unis.

Aujourd'hui, j'annonce que le gouvernement fédéral couvrira 100 % des coûts, a-t-il déclaré, bien qu'il ait dit plus tôt dans la journée qu'il aurait besoin de l'approbation du Congrès pour certains financements.

« Nous serons là pour vous soutenir aussi longtemps qu'il le faudra. »

— Une citation de  Joe Biden, président des États-Unis

Il a ajouté qu'il avait survolé une partie du territoire parti en fumée à Santa Fe. Cela ressemble à un paysage lunaire, a-t-il mentionné.

Une opération qui tourne mal

Poussé par la sécheresse et par le vent, l'incendie a détruit des centaines de maisons dans les montagnes au nord-est de cette ville de près de 90 000 habitants. L'incendie a débuté fin avril après que deux campagnes de brûlis organisées par le Service forestier des États-Unis (USFS) sont devenues incontrôlables.

Les brûlis dirigés ont pour objectif de brûler de façon contrôlée les petits arbres, les arbustes et autres matériaux qui alimentent habituellement les feux de forêt.

Les responsables locaux ont déclaré au président américain qu'ils avaient besoin de plus de ressources pour mener des analyses météo et pour aider les résidents qui ont été touchés.

« Nos citoyens sont fatigués, en colère et effrayés par l'avenir auquel ils font face. »

— Une citation de  David Dye, secrétaire d'État du Nouveau-Mexique

Des dizaines de milliers d'habitants ont été évacués des secteurs agricoles aux alentours, où vivent déjà des populations parmi les moins fortunées du pays.

Ce n'est pas une catastrophe naturelle, c'est une agence gouvernementale qui a provoqué ça, a déclaré Ella Arellano, dont la famille a perdu des centaines d'acres de forêt autour du village de Holman. C'est un gâchis, un gros gâchis qui mettra des générations à être réparé.

Grand territoire

Plus de 320 000 acres (129 500 hectares) ont déjà été touchés, ce qui correspond à une zone d'environ la superficie de la ville de Los Angeles.

Jusqu'à présent, l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a donné plus de trois millions $US à plus de 900 ménages.

Toutefois, les plafonds maximaux de remboursement – 40 000 $ par ménage – ne suffisent même pas, dans certains cas, à couvrir la perte de matériel agricole qui a brûlé.

En outre, il n'a pas été possible de savoir si l’aide financière de la Maison-Blanche couvrira les dommages subis par les résidents.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !