•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après plus de 100 jours en prison, Pat King se sent « abattu », selon ses proches

Homme avec un micro.

Pat King au convoi des camions à Ottawa, le 4 février 2022 (archives).

Photo : Facebook/Pat King

Radio-Canada

Des mois après que la manifestation de camionneurs a pris fin à Ottawa, certains de ses leaders sont toujours en prison pour une durée indéterminée. Et il est probable qu’ils y passent plus de temps que s’ils avaient été condamnés à une peine, dit un expert.

Pat King, l’un des organisateurs du convoi, se trouve toujours en prison 113 jours après avoir été arrêté pour son rôle de premier plan dans la manifestation qui a paralysé le centre-ville d’Ottawa pendant des semaines.

Pat King est coaccusé avec Tyson George Billings, arrêté pour des motifs semblables la fin de semaine de l’opération policière qui a chassé les derniers manifestants. Lui-même est en prison depuis 112 jours.

Tous les deux continuent de se voir refuser une libération sous caution.

La police n’a jamais divulgué la liste complète des personnes appréhendées et accusées dans la foulée du Convoi de la liberté, mais une poignée de personnes, au minimum, sont toujours derrière les barreaux.

Tamara Lich en entrevue.

Tamara Lich, une des organisatrices de la manifestation des camionneurs, s'entretient avec des journalistes à Ottawa le 14 février 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Selon un expert en droit, Pat King et Tyson George Billings ont déjà passé plus de temps en prison en attendant la tenue de leurs procès que s’ils avaient été condamnés pour les méfaits qui leur sont reprochés.

Nous atteignons déjà une période de détention qui dépasse la peine potentielle, a commenté Joao Velloso, professeur de droit à l’Université d’Ottawa.

D’autres personnes arrêtées pendant la manifestation, comme Tamara Lich et Chris Barber, ont été libérées sous caution. Toutefois, elles sont toujours actives sur les réseaux sociaux, où elles font la promotion de mouvements connexes, comme des campagnes électorales et de nouvelles manifestations.

Pat King se sent abattu en prison

Melissa McKee, pasteure à l’église Capital City Bikers Church, tente régulièrement de rendre visite à Pat King au Centre de détention d’Ottawa-Carleton.

Il se sent abattu, a-t-elle commenté.

Une illustration de Pat King sur le banc des accusés, portant son masque sous la bouche.

Une illustration de Pat King lors de sa comparution devant le tribunal en février 2022.

Photo : Laurie Foster-MacLeod

Pat King est toujours en colère contre le système de justice. Il a longtemps cherché un avocat avant de trouver sa représentante actuelle, Natasha Calvinho, mais il fait toujours l’objet d’une série d’accusations.

Toutes les preuves présentées dans le contexte de sa demande de remise en liberté sont visées par une ordonnance de non-publication. Cette interdiction est souvent invoquée pour éviter des préjudices à l’endroit des futurs jurés.

Une détention injuste, selon des partisans de Pat King

Les partisans de Pat King cherchent régulièrement à avoir de ses nouvelles. Plusieurs continuent de le voir comme une figure inspirante du convoi, et du mouvement actuel qu’il a inspiré.

Selon Mme McKee, peu importe l’avis des gens sur Pat King, il est injuste qu’il soit en prison depuis si longtemps.

Je ne compare pas Pat à Tamara ou à Chris Barber, mais je me demande ce qu’il a fait pour mériter cela. Il a fait des vidéos en direct sur Facebook et a rassemblé des gens, il savait qu’il allait peut-être se faire arrêter, mais pas demeurer derrière les barreaux aussi longtemps.

Un homme devant une foule de manifestants.

Pat King en février 2022 dans une rue d'Ottawa (archives).

Photo : Reuters

La pasteure McKee dit qu'elle s'occupe régulièrement des personnes qui ont besoin de ce qu'elle appelle des soins pour le cœur ou bien des soins spirituels.

Je fais littéralement la même chose avec Pat King que je ferais pour quiconque frapperait à ma porte, a-t-elle dit.

Plus tôt ce mois-ci, après que Pat King a passé plus de 100 jours en prison, un groupe plaidant en son nom a lancé une campagne demandant aux gens de lui envoyer des lettres de soutien en prison.

80 % de la population carcérale dans une situation similaire

Joao Velloso, professeur de droit à l’Université d’Ottawa, estime qu’environ 80 % de la population carcérale se trouve dans une situation similaire à celle de Pat King, c’est-à-dire qu'elle est en attente d’un procès.

Selon Statistique Canada, depuis 2004, le nombre moyen de prisonniers en attente de procès ou de condamnations dans les services provinciaux est plus élevé que le nombre moyen d'adultes condamnés à la détention, soit d’environ 70 %.

En Ontario et dans la plupart des provinces, plus de la moitié des personnes incarcérées attendent d'être jugées ou condamnées.

En ce qui a trait à Pat King, il va demeurer en détention préventive probablement pendant un certain temps encore. Si vous regardez les tendances générales des sanctions pénales au Canada, il a déjà probablement purgé la peine qu’on lui aurait imposée, a rappelé M. Velloso. 

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.