•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Hôpital général du Lakeshore est à éviter cette fin de semaine

L'Hôpital général du Lakeshore de Pointe-Claire.

Le taux d’occupation des urgences de l’Hôpital général du Lakeshore a atteint 150 % vendredi, selon le syndicat.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Syndicat des professionnelles en soins de santé de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal (SPSSODIM) demande à la population de ne pas se rendre à l'Hôpital général du Lakeshore, situé à Pointe-Claire, samedi et dimanche. Il y « manque la moitié des infirmières sur plusieurs quarts de travail » et on craint même une rupture de services aux urgences.

Samedi matin, le taux d’occupation à l’urgence était de 116 %. Vendredi soir, il était de 139 %. Ce taux aurait même atteint 150 % durant la journée.

Selon le syndicat, la situation est intenable pour les travailleurs et dangereuse pour la population. Par endroits, jusqu'à six infirmières de plus seraient nécessaires.

« Il ne nous est plus possible d’assurer des soins sécuritaires et de qualité à la population normalement desservie par notre établissement. »

— Une citation de  Johanne Riendeau, présidente du SPSSODIM

Les absences et les débordements qui s’ensuivent ont un impact direct sur le personnel encore sur place.

Johanne Riendeau cite l’exemple d’une infirmière qui a travaillé toute la nuit. Elle a commencé à 11 h 30 hier et va terminer à 16 h.

« Le personnel est épuisé, il est à bout de souffle. »

— Une citation de  Johanne Riendeau, présidente du SPSSODIM

Du côté du, CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, on reconnaît que la situation est difficile. Pour diminuer la pression sur les urgences, nous invitons la population à considérer toutes les options de rechange à l’urgence avant de s’y présenter, peut-on lire dans une déclaration écrite.

Les initiatives de recrutement constantes nous permettent d’avoir un des plus faibles taux d’heures supplémentaires obligatoires, 0,6 %, de la région de Montréal, précise le CIUSSS.

Sur son site web, le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal mentionne qu'il peut y avoir des solutions de rechange à la visite à l'urgence, comme la consultation de son pharmacien de quartier ou l'appel au 811.

L'Hôpital général du Lakeshore a déjà connu une pénurie d'employés. En août 2020, le SPSSODIM demandait à la population d’éviter ses urgences.

L'Hôpital de LaSalle, qui est aussi desservi par le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, affichait un taux d'occupation de 60 % vendredi soir. Celui de Lachine enregistrait un taux de 57 %, selon le site web Index Santé.

Par ailleurs, le SPSSODIM soutient que le personnel de la santé appréhende la saison estivale. Il lance un appel au gouvernement afin de mettre en place des mesures incitatives pour pouvoir traverser l'été et obtenir des ratios sécuritaires afin de prodiguer des soins de qualité à la population de l'Ouest-de-l'Île.

La situation n’est pas meilleure ailleurs à Montréal. Elle est même alarmante à certains endroits. Vendredi vers 21 h 30, l'Hôpital Royal Victoria affichait un taux d'occupation de 155 %, et l'Hôpital général juif, un taux de 187 %.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !